Avertir le modérateur

02/06/2007

Le Huit de Pique - 2

Je ne suis donc pas le Huit de Pique, c'est évident, sinon d'une façon éphémère, tout à fait accessoire et occasionnelle, plutôt gênante, vis-à-vis de laquelle je n'hésite pas à user d'une certaine frivolité parce qu'un mensonge si massivement dispensé, incrusté dans les moeurs, établi en norme, régi en forme de langue de bois, de règle d'un jeu de société, escamotant en permanence la vision immédiate et globale, prête à plaisanteries. Un jeu nombriliste auquel chaque carte est sensée donner appui, consistance. Une substitution grossière de ce qui se ressent dans l'ouverture, dans le frais de l'accueil instantané et la nudité originelle. Le Huit de Pique n'est manifestement pas ma vie profonde, dont ce jeu a toujours refusé de tenir compte. Il me retenait dans ses calendres, comme un paparazzi, m'encartait dans un rôle envahissant et terriblement gauche : sélecteur, pion, factionnaire, représentant de ses oeillères et de son marasme. Tout ce que la pensée du Huit de Pique était capable de comprendre et d'envisager n'était jamais que reproduction à l'infini de ce système d'encartage; fabrications d'états, civils, topographiques, historiques, spécifiques, psychologiques, idéologiques, juridiques, d'institutions, d'établissements, figurations, constructions, châteaux & tours de cartes !... Nier cette évidence signifierait que la réalité virtuelle du jeu de cartes m'hypnotise encore. Ce qu'elle fait en profitant de ma distraction, lorsqu'un semblant de légende ou de qualification vient me narguer, se surimposant au paysage. La titromanie turbulente !. Du lard ou du cochon ?. Du pique ou du carreau ?. Le 7 ou l' As ?. Je ne suis pas dans ce processus. Je le laisse se dérouler comme un clip de pub, vaine ébullition, gaz qui ne trouvant aucune étincelle se dissout dans l'air. Avez-vous remarqué comme les vieux abonnements, même périmés, mettent un certain temps avant d'admettre leur caducité (et se retirer) ?. Pourquoi avoir voulu voir autre chose que ce qui est là ? demanda le répondeur. - un enregistrement a répondu à ma place. Ça fonctionne hélas comme ça dans le jeu de cartes !. - alors qui est ici maintenant ? - toi * ! - et comment me vois-tu ? - il n'y a personne pour voir * (Je voulais dire par-là : l'ouverture, le répondeur qui est déjà là, ni une entité personnelle ni une machine, et qui ne se lasse pas d'entendre des sornettes. Aussi : ce qui précède la parole, ce qui est absence de soi (donc : pas plus "toi" que "moi" ou qui que ce soit), et dans cette absence de qui que ce soit : absence de l'absence, c'est-à-dire présence, autonomie, circulation d'amour dans la seule réalité où l'amour puisse être : hors du temps et de toute attribution, dans l'instant présent, un et sans second. Aussi : ce qui précède, apaise, éclaire, harmonise. Une plénitude rayonnante dépourvue de centre ! Aaaaah ! la merveille des merveilles !. La plus formidable surprise de toutes les surprises, celle-là ! ). A cet instant, l'ouverture se sentit déployée et le répondeur disparut dans la réponse qui nous invitait à nous sentir à notre aise dans un univers regorgeant de sujets d'étonnement et de ravissement, et il se fit comprendre à l' arrière-plan que le bouquet entier de ces perles de lumière tirait sa source du silence et du sommeil profond. La vision hors du jeu de cartes n'avait jamais demandé son assentiment au Huit de Pique, encore moins son avis, pour se manifester. Elle était déjà là avant son apparition. Elle ne provenait ni du cerveau, ni d'un corps-esprit, n'appartenait à personne; d'où sa joie intense, sa beauté inénarrable et sa liberté, dans la multiplicité indivise et toujours renouvelée de ses clins d'oeil. Une réelle symphonie !. La seule chose dont il y avait lieu de se méfier, désormais, c'était de l'apparition du Joker, sorte d'espion, intermédiaire entre la vision et le jeu de cartes, qui revendiquant son autonomie, en tant que non-carte, passait son temps à caricaturer, à inciter à la nostalgie de la volition. Il rôdait dans les déserts et autres lieux désolés, ulti- me missionnaire du mécanisme fractionnaire. La fascination était son arme secrète et sa condamnation: il ne se rendait pas compte que sa faconde de prestidigitateur se remarquait à cent pas. Hanté par le phénoménal, qu'il accentuait à tout moment, avec l'ostentation et l'emphase d'un dramaturge vieillissant, le Joker se prêtait à la valeur que lui choisissait celui qui croyait encore la posséder.

17:34 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu