Avertir le modérateur

06/06/2007

Fichu "new age" !

L'étiquette "new age" est fallacieuse. TumTum en est venu à conseiller, il y a quelques jours, à une personne qui lui demandait les références d'un bon livre traitant du yoga mental (spirituel, si vous voulez) de prendre connaissance des écrits d'Eckart Tolle. Cette personne, adonnée depuis des années à une forme de yoga-gymnastique de groupe comme il en existe aujourd'hui à foison, "pour le bien-être du corps, la relaxation...', se montrait curieuse et même un peu avide de connaître "l'esprit initial du yoga" , au-delà de ces exercices qui lui procuraient parfois des douleurs, à cause d'efforts répétés, ce qui dénotait que l'instructrice n'était en rien différente de celles ou de ceux qui dirigent en Chine la gymnastique d'entretien corporel obligatoire préconisé par Mao et les autres, en vue d'un "meilleur rendement", à cette différence près qu'en France, elle n'est pas (encore) obligatoire. L'univers dans lequel cette personne cherchait à pénétrer n'était en fin de compte que celui de la méditation, que l'on peut trouver évoqué chez Patanjali, Sivananda Sarasvati, et de nombreux yogis de l'Inde, mais aussi dans d'autres traditions. L'ennui, c'est que tous ces ouvrages sont encombrés de termes techniques qui se posent en identités culturelles propres, ce qui n'en facilite pas la compréhension. Un langage universel clair et direct reposant sur un vécu aculturel est grandement préférable. Nous pouvons le trouver chez Krishnamurti et quelques autres ayant pris le relais de cette initiative très opportune. Le contenu du discours d'Eckart Tolle répond assez bien, dans l'actualité présente, à la quête de cette personne qui s'est d'ailleurs empressée d'acquérir le livre "Le pouvoir du moment présent" après s'être renseignée autour d'elle pour se conforter à l'idée qu' "il ne s'agit pas d'une secte". On l'a donc encouragée à le lire. Précisons que cette personne a l'habitude de consommer des romans "tendance", sorte de petits bonbons de l'esprit, donnant des couleurs à l'espace personnel, concoctés régulièrement par des écrivains très opportunistes que l'on dit "à la mode". Elle en a d'ailleurs lu plusieurs d'affilée avant d'entrouvrir ce livre d'Eckart Tolle. Comme l'écrit E.T. dans un autre de ses livres : "Nouvelle Terre" (Ed.Ariane, 2005) : "Ce livre n'est pas "INTERESSANT". Par livre interéssant, je veux dire un livre qui vous permet de garder une distance, de jouer avec des idées et des concepts, d'être d'accord ou pas avec ces-derniers. Ce livre n'est pas intéressant parce qu'il traite de VOUS." En se renseignant à nouveau, cette personne a entendu proférer au sujet du livre et de son auteur le mot : "new age", une étiquette, ce qui a suffi à prolonger sa méfiance. Le concept "new age" est une invention médiatique et un concept qui se réfère au Temps, à l'évolution de la conscience collective de l'humanité dans le temps. E.T. avoue lui-même que le titre "Nouvelle Terre" lui a été inspiré "par une prophétie de la Bible" (l'Apocalypse, le Royaume des Cieux, etc...). Aïe !... Mais par ailleurs, la vision géométrique qui l'habite, concernant les mécanismes de l'ego, du mental, de tout ce qui fait résistance à l'avénement d'une conscience nouvelle, est assurément bien cernée. E.T. en offre même une illustration très vivante et pleine d'humour; c'est pourquoi ce livre est recommandable. Il n'était pas nécessaire de faire référence à la Bible ou à tout autre Kali-Yuga, de même que dans la méditation, on peut se passer complètement de la topographie des chakras, de la kundalini, et tout le bazar environnant. Sinon, on vit entouré de posters, d'images pieuses, d'emblêmes. Il faut commencer par se débarasser sur-le-champ de toutes ces icônes, de tous ces gris-gris, en fait: de tous ces enregistrements installés en reposoirs, en supports, dans la mémoire, qui catégorisent un peu trop les choses, pour pouvoir se mettre en contact, à nu, avec le maintenant, l'inédit dont parle E.T. Donc cette conscience nouvelle que l'on recherche ne peut se trouver ni dans les catalogues culturels du temps passé, ni dans la géographie fut-elle "spirituelle"; elle est en Soi,elle est le Soi, dans l'ouverture abrupte au maintenant, dépourvu de toute référence. TumTum, tout en se sachant fondu dans l'intemporel, passe une part de son temps à observer ce qui pointe sur Terre en direction de la conscience une. Il voit que TOUT pointe vers Cela, mais il voit aussi ce qui lui fait obstacle, ces classifications, ces identifications à une religion particulière, à un parti, ces "confessions" individuelles qui sont autant des "sacs de merde" - eh oui ! de souillures ! de valorisations de ce qui n'a pas lieu d'exister. Exactement comme le processus répétitif des fameux "mantras" qui sont d'ordre superstitieux. On s'imagine décrocher le cocotier en s'étourdissant, en répétant dix-mille fois la même chose ; il fauit être sérieux, dépasser tout ça !. Tout "système D" portant avec lui son label, entraînant à une technique, à des figurations mentales, reflète l'ingéniosité de la simulation. Le réel, dit TumTum, ne se rappelle à vous que lorsque vous avez balancé toutes ces cochonneries, aussi "saintes" paraissent-elles, lorsque vous les avez dégonflées, mis hors d'état de nuire, car elles sont nuisibles !. Le parfum de la plénitude du maintenant ne peut se faire connaître que dans la mise-à-plat totale, intégrale, de tous ces oripeaux "culturels". C'est à ce moment que ce qui est là, à la fois non-né et éternellement "nouveau-né", le vif du Sujet, que vous ne pouvez ni penser ni conçevoir de quelque manière que ce soit, EST. Vous êtes mort et enfin CELA QUE VOUS ETES est vivant. il n'y a personne au-dessus, aucune marque, aucun label, aucun dieu ; c'est une immensité vivante entièrement libre d'elle-même. Et en-dessous, en vous, il y a le monde dans lequel s'observe un malentendu phénoménal persistant. Qui provoque ce malentendu ? L'ego, le cerveau, le mental inflationné. Donc, le "new age", ça a un petit côté journalistique de paparazzi. Ça ne manque pas de susciter des vocations de charlatans, des postulants au "gourouisme", ou tout simplement au "moi, je sais". C'est la raison pour laquelle TumTum s'est consacré à la nécessaire élucidation du : Guru-en-soi, sur lequel il reviendra ultérieurement, qu'il ne faut pas confondre avec les manifestation de l' "ego-spirituel" dont parle d'ailleurs judicieiusement E.T. Bref : il ne faut pas s'arrêter au concept "new age"; laissons-le disparaître comme il est apparu. Quelques mots tout de même à propos du Guru-en-soi : Tous les instructeurs spirituels authentiques ramènent à la réalité que le seul "Guru" qui puisse être est à déceler au coeur de notre être, dans l'expression du silence qui se révèle dans la nudité de l'esprit, dans la fraîcheur de l'innocence et dans l'épanouissement de la vulnérabilité que nous sommes. Que l'instruction est permanente, qu'elle provienne de la rencontre avec un éveilleur (qui mettra toujours en garde qu'on puisse le considérer comme une entité séparée, une personnalité, et donc : un "guru") ou de la Vie elle-même. Dans tous les cas, elle renvoie au Guru-en-soi. L'authenticité de l'enseignant en ces voies se reconnaît dans l'impersonnel, "sans personne qui parle", allant du coeur au coeur, du Soi au Soi, et ne se manifeste en aucun désir ni exigence ou sollicitation. L'instruction réelle ne s'insère pas dans un cadre confessionnel ni dans celui d'un organisme enrobé d'une étiquette, ou faisant l'objet d'un rite, mais survient au moment opportun, dans le cours des rencontres, dans la vie, tel un moment indescriptible d'étonnement, d'émergence de lumière, non situable dans le temps et dans l'espace, qui nous offre un aperçu inoubliable de la Présence que nous sommes sans le savoir tout en l'ayant confusément pressenti. Cela se situe dans une ouverture qui ne peut être que vécue, une vision saisissante dans l'Instant. Le Guru-en-soi : autorité qui impose sans mot, transforme sans agir, s'exprime sans parler. A ce point, l'expérience naturelle mène à une éclosion dans laquelle le psychisme se trouve subjugué, et remis à sa place. Un proche de TumTum, qui lui en est infiniment reconnaissant, attira récemment son attention sur ce point : que faut-il entendre par "Guru-en-soi" ?... en soi-même, dans l' "en-soi" philosophique, ou dans le Soi ?. En "soi-même" n'est pas sans évoquer le leurre de l' "ego spirituel" qui récupère à son image et à son profit la saveur et la clarté recueillies en la présence du Guru pour en faire une petite institution personnelle valorisante. Et pourtant c'est bien en soi, dans la profonde humilité de son intériorité, dans la pure conscience déposée dans l'âme et dans le foyer du coeur que le Guru-en-soi se fait connaître. L'"en-soi" philosophique est une notion psychologique; on se représente une intériorité dans laquelle on s'identifie plus ou moins en définition abstraite. C'est une discussion interminable. Le Guru ne se réfère pas à l'intellect, mais au coeur. Enfin le Soi, inconcevable, irreprésentable, comment pourrait-il s'encombrer d'un guru" ?... Il EST le Guru. Il est l'intelligence qui habite chaque instant, dans cette vie-même, qu'il nous appartient d'accueillir sans relâche, en toute simplicité. C'est une transformation continuelle que nous accompagnons dans un climat de bienveillance, une excellence du maintenant pour être vivant.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu