Avertir le modérateur

06/06/2007

Le ROUGE et le BLANC ou l'intériorité du COUPLE.4

LE ROUGE ET LE BLANC OU L'INTERIORITE DU COUPLE. 4 La perception toute entière est de nature féminine ; elle comporte cette possibilité de remise en question du percipient (qui n'est ni l'"homme"ni "la femme") l'amenant à sa maturité. Dans l'amour il n'y a aucune sorte de projection. Si l'un des partenaires vit dans le conceptuel, évaluant en termes d'infériorité ou de supériorité, il ou elle s'exclut de la Vie. Le bindu rouge et le bindu blanc ne se situent jamais. C'est dans un non-lieu et un non-temps qu'ils se rencontrent. Ils vivent une dissolution créative dans laquelle il n'y a rien à prendre, à posséder ; ils savent que ce réflexe appartient au monde de l'inconscience ignorante. Ce ne sont plus deux schémas qui se mesurent ; ils vivent dans la réponse rendue par la pure vérité de l'innocence du coeur. Ils ne sont plus ni l'un ni l'autre, ils sont Un, le Soi. Ils sont dans l'humilité extrême dans laquelle il n'est rien que l'on puisse demander ; ils sont dans la non-connaissance, dans l'inconcevable implication qu'est l'amour - sans personne qui aime - , qui ne se résout pas à l'impulsion sexuelle, au besoin affectif d'aimer ou d'être aimé. Un homme et une femme apparaissent de temps à autre mais ils savent qu'ils n'existent pas par eux-mêmes, que l'amour à l'origine est impersonnel, qu'il est la création elle-même, la dimension dans laquelle la conscience et le monde s'interpénètrent et se contemplent. Ces bindus existent dans les tréfonds de notre rêve organique. Le Rouge, couleur de la vitalité, du sang qui circule dans les veines et de l'intensité du désir, et le Blanc, la candeur, l'innocence, la synthèse qui mène à l'unicité, définissent l'être humain dans la dualité manifestée du Ciel et de la Terre, et le rose qui résulte de l'association des deux couleurs évoque la rose, dont il existe d'ailleurs des variétés rouges et blanches. Le blanc transforme le garçon en présence silencieuse, en intelligence intuitive, et le rouge, c'est la condition corporelle, le corps collectif de désir et de souffrance. Lorsque le garçon se reconnaît en tant que projection du Rouge dans le Rouge et la fille en tant que projection dans le Blanc dans le Blanc, une rosée éclatante baigne en un éclair fulgurant l'alchimie des deux couleurs, et la rose fleurit. Mais c'est hors du temps et de toute possibilité de mémoire. L'énergie rouge se manifeste organiquement chez la femme par les menstrues et une force "électrique" mystérieuse appréhendée avec crainte et considérée comme spirituellement dangereuse. Durgâ, "jaillie d'une colonne de feu", la Déeese irritée, violence des courants rajasiques, s'oppose en tant que Shakti (feu, bindu rouge, force énergétique) à Shiva (force statique, bindu blanc). Dans la Vallée de l'Indus, les traces d'un culte à la Déesse, matrice universelle des Eaux de la Vie, remontent à des milliers d'années avant l'ère chrétienne. Sa présence est également décelable en Asie mineure, mais n'a pas donné lieu a une évolution comme celle de la métaphysique de l' Inde, et l'Occident n'en connaîtra que les déformations "sociales" de la mythologie gréco-romaine où l'on retrouve cependant les Erinyes, nées du sang tombé sur Gaïa (la Terre) lorsque Cronos (le Temps) mutila Ouranos (le Ciel), divinités chtoniennes, justicières des "Lois de la Mère". Le concept de la Shakti, l'énergie de la Manifestation, reflet de la Conscience, donne au féminin originel un rôle primordial en tant que Substance et Energie par lequel l'Absolu se manifeste. Le thème de l'immaculée conception n'est d'ailleurs pas propre au christianisme ; on le trouve dans les mythes de la Grèce antique de même qu'en Inde. La Tradition Hermétique quant à elle, fait état de deux phases opératoires de l' "Art Royal" censé refléter l'oeuvre de la création : l'Albedo et le Rubedo. Dans la première, l'Albedo, c'est le "régime de la Femme" et "des Eaux", de l'humidité nourrissant les formes et se nourrissant d'elles. C'est le domaine de la vie où dominent l'instinct, le sentiment, l'émotivité et la sexualité, où le féminin a le dessus sur le masculin et le réduit invariablement à sa qualité de "garçon". La seconde phase, le Rubedo ou "régime du Feu" c'est celui où la virilité reprend le dessus mais il s'agit ici du principe viril spirituel, impératif éthique, amour de la vérité pure et de la cohérence intérieure, impératif ignoré de la femme qui le traduit en qualités personnelles sexuelles et attractives, ou n'y voit qu'une réplique affadie de la morale du Monde manifesté dont elle se sait souveraine. La confrontation des deux principes rouge et blanc se rapporte à une réalité métaphysique psychiquement insurmontable dans le "jeu des formes" puisqu'elle manifeste deux principes ontologiques facteurs de phénomènes magiques naturels polarisés en opposition, mais que cet antagonisme permet au monde manifesté d'exister. L'un préside à la gestation et à la mise au monde, mais le principe Yin est captateur, inexorablement programmé à absorber, à asservir à ses fins qui sont cosmiques, terrestres et matérielles, tout ce qui dans le principe Yang est antérieur à la diade, l'autre est potentiellement programmé pour réaliser la transcendance et l'immanence de l'Un sans second, dans lequel se résorbe la multiplicité du manifesté. En ce sens, le rouge est orientée et peut se consciencialiser dans sa Vraie Nature par le biais de la fille, non pas la fille en tant que personne, mais la sensibilité qui lui est donnée en priorité sur le principe mâle, lorsqu'elle est libérée de l'orientation que lui inflige le corps-de-souffrance collectif représenté par le rouge ou la colère de la femme-feu, et le garçon par l'ascèse dans le blanc, le non-appris. Le monde manifesté n'est pas hermétiquement clos ; il est pourvus de vides, de blancs, de moments d'aperception, de pressentiments qui renvoient à ces aperçus de notre Etre originel. Ce corps/mental, homme ou femme, est une expression parmi des milliards d'autres : animaux, plantes, minéraux, formes subtiles... photo mémorisant l'état des parents à partir duquel il a été créé, la position des planètes à ce moment-là... Le photographe n'est pas dans cette histoire. Tout ce qui est vu à partir d'elle tisse une trame qui se développe et que nous accaparons comme "nôtre". En essayant de nous trouver dans cette identité relative, mobilisant notre énergie, occupant tout notre temps, nous finissons par nous y perdre, nous rendant malheureux ainsi que notre entourage. Nous identifiant à la forme physique ou psychique, à des expressions évanescentes, nous nous condamnons au joug de mécanismes invisibles mais néanmoins à l'oeuvre, qui reçus par le psychisme individuel s'expriment en déformations et en réductions de ce que la vie nous offre en permanence. L'expérience imminente ne comporte aucune nécessité d'individualisme ; la pensée qui relie est toujours en retard sur le Relié imminent. Les deux pôles magnétiques de la pulsation rythmique ou vibration qui déterminent la création, au sein de l'Indifférencié, sont figurés en Inde, par un "bindu blanc" (Shiva) actualisant la Conscience immobile et un "bindu rouge" (Shakti), expression dynamique du Désir créateur de la Conscience. Le Rouge et le Blanc personnifiés par Shiva et sa Shakti sont à jamais UN. La Déesse peut revêtir tous les aspects, présenter aux hommes toutes les séductions et toutes les terreurs, mais les guide insensiblement vers l'intuition libératrice. La théorie anthropomorphiste des historiens qui postule que l'homme a créé les dieux et les mythes à son image est erronée ; c'est l'inverse : l'homme s'interroge au contraire à partir de ces figures, sur les aspects profonds, fondamentaux, de la polarité des puissances principielles. La psychologie qui interprète ces puissances du dedans comme créations archétypales individuelles en tant qu'obscurs recours de la psyché se sentant menacée, puisant ainsi dans l'inconscient et de ce fait se déterminant en profil pathologique, s'abuse également, dans les limitations de sa fonction.

19:53 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu