Avertir le modérateur

13/06/2007

Voyage à la fabrique (1)

VOYAGE A LA FABRIQUE (aux bordures du Nord-Ouest) - Kérouac fut quelque temps employé dans une usine. Il profita de son séjour "professionnel" pour écrire des notes dans des carnets de bord qui ne le quittaient jamais. Pareillement, TumTum écrivit vers 1992 un récit initiatique inédit dont le premier chapitre intitulé : "Voyage à la Fabrique" utilise les notes prises au cours de sa carrière professionnelle dans une entreprise dont le siège social (et l'usine ou "fabrique" était situé en Bretagne). En voici le contenu. / Trois hommes vétus de gabardines aux tons neutres, de coupe militaire ou policière, se tiennent sur une même ligne au bord de la route. Me voyant arriver, ils ont la même réaction, exécutée dans un ensemble parfait : d'un geste sec, relevant leur avant-bras droit, ils dirigent un regard furtif sur le cadran de leurs bracelets-montres. Rien de semblable à mon poignet, et oublié depuis longtemps déjà l'usage morbide de la cravate. Leurs traits sont tirés par le surmenage, à-demi fondus dans des sortes de masques momifiés. Je suis en retard, comme toujours, mais cette fois-ci, le train s'est immobilisé en pleine campagne, je ne sais plus trop pour quelle raison. Il y avait de la buée blanche sur les vitres. On voyait les champs applatis sous le givre. Un contrôleur désarticulé est apparu par le sas, traversant le wagon vide en titubant, sa poinçonneuse à la main. Il a vérifié les mathématiques d'un billet dont je me foutais éperduement. Ici aussi, on poinçonne, on fabrique de la dentelle artificielle, toutes sortes de pompons. Des marins nostalgiques sont parqués huit heures par jour dans un hangar dont la facade ("accueil") est travestie en devanture de bungalow. Dalles froides, néons et piliers d'aéroport. Un gigantesque tableau de pointage, cases individuelles remplies de fiches perforées, indique que le personnel a regagné ses foyers. C'est l'interruption de midi. Je note les tics de ces trois sbires au cours d'un repas rendu austère par l'importance attribuée à mon retard, auquel participent aussi, je ne les perds pas de vue, les conditions météorologiques qui l'ont occasionné. Je me rends compte que nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes. Au-dessus du bar, une fresque représente Dyonisos embarqué sur le bateau des matelots thyrénéens. L'après-midi en principe consacré à une "prise-de-contact" avec les rameurs s'avère surprenant tant la manufacture semble avoir dévoré de l'intérieur les exemples de ceux-ci qui me sont présentés, certains se distinguant à peine des turbines et autres mastodontes métaliques installées dans ce vaste hall. Puis c'est au tour de quelques responsables en blouse blanche de m'être présentés. Ces-derniers s'avèrent insignifiants dans leur baragouin d'enfants-de-choeurs calés à la cadence. L'état de contrition semble de mise. J'assiste ensuite à l'une des plus hautes réunions (1er étage, dans le show-room, à l'écart du vacarme). "Bree-Thing" ne réunissant qu'un nombre restreint de faces de Carême, autour de problèmes de sacristie, et dans un bredouillement condescendant incitant à quelque farce si ce n'est à une subversion dont on sent tous les murs imprégnés de la frustation de longue durée. Un poste de radio, dans un coin, donne les derniers flashes d'information, mais assis là, devant cette table de conférences, j'ai aussitôt eu le réflexe d'en profiter pour me détendre complètement, de sorte que je ne sens plus le corps, mis-à-part cette espèce de bourdonnement lointain environné d'un jeu de silhouettes, à l'intersection gauche du cerveau, tandis que la fenêtre est grande ouverte sur un infini d'étoiles et de champs magnétiques inconnus. "Breeeeeeee !" soudain retentit une sirène, une sorte de radar pointé dans ma direction. "Est-ce que tu dors ?" .Le capitaine vient de me prendre à parti exactement comme le prof envers l'inattentif. Il tire une bouffée de sa pipe en attendant ma réponse. C'est une manoeuvre pour ramener l'attention sur le projet illustré par un croquis de sa main, en fait un gribouillis entre charade et mots croisés que je m'accorde à observer, prenant tout mon temps. Il y a alors comme la montée d'un sentiment de gène généralisé. Ramener la conscience à la durée, à son stress, telle semble être l'intimation sous-jacente. Quelques-uns ricanent. A nouveau la scène s'éloigne et redevient boudonnement radiophonique. Un type assis à côté de moi commence à se trémousser sur sa chaise, ne pouvant s'empêcher de pouffer de rire. J'ai appris plus tard que cela lui occasionna une complication intestinale. Les humeurs froides décongelées trop violemment produisent ce genre d'ennuis. Transfert du lieu de travail au lit d'hôpital, échange de blouses blanche avec l'analyste et port du pyjama rayé pendant plusieurs semaines. Et les visites n'arrangeaient rien.
"Entre nous" me dit un autre voisin pince-sans-rire, "tou feré mié dé té faire chpsykanalyser !". J'avais bien compris que j'avais mis les pieds sur le site d'un complot, par ailleurs captivant pour un explorateur dans mon genre, un complot fomenté par la partie gauche du cerveau humain, au mépris total de l'information êtrique provenant du côté droit à laquelle je me fiais plus souvent. Je me trouvais en plein q.g. de l'intelligentsia "barbare", féodale, sous-marine, traquant le poulpe géant. A force d'être devenus magasins ambulants, les matelots thyrénéens se virent piratés et rexpédiés à coups de pieds au cul dans la fresque d'où ils provenaient. Celle-ci complétée comme un puzzle clignota et disparut du mur. Quant au poulpe géant qui se devait de proférer en permanence ses obscures menaces, je ne le rencontrai nulle part, mais j'assistai à son culte. Le capitaine était son officiant, jurant, congestionné, faisant étal de son cynisme devant tous, traquant le quasar avec la fantasmagorie
galopante des vieux chefs d'état-major en culotte bouffante. --- (à suivre).

19:15 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu