Avertir le modérateur

28/07/2008

QUELQUES PRECISIONS

Epatant ! Suite à la note "Désertitude" (mot magique sans doute), le TumTumBlog "tchatte". Cette note apporte quelques précisions aux différents thèmes abordés dans les commentaires des notes précédentes. Le mental est souvent comparé à un volatile sans cesse en train de jacasser, bavardage intérieur, dans la tête, ou extérieur, exprimé en paroles ou en écrits. Comment voulez-vous qu'il y ait de la profondeur, du ressenti, si cet ameublement constant l'occupe en quasi-permanence ?... La sensibilité de la "marge" de réflexion de la conscience en aval, cet espace potentiel de maturation, ne peut résonner dans toute son ampleur et y rayonner que dans la silencieuse Présence qui étant accueil, ouverture, n'exclut aucun vécu. Le bruit du mental qui est expression de vie, jusque dans son inconscience tumultueuse, caricaturale, éprouvant notre âme, ne la trouble pas dans son unicité; il est au contraire le matériau dispensateur d'énergie transmutatoire, de la révolution intérieure par lequel la démystification peut se produire. Notre esprit nous trompe. Entre le mental ou moi-pensant ou psyché, psycho-logique, limité, totalitaire ou engagé intellectuellement dans la complexité du multiple et du contradictoire, et l'unique pensée de l'âme (spirituelle), il y a rupture de niveau. L'âme, en amont du moi-pensant, qui ne donne que sur elle-même /et les sens impliqués en aval, dans la conscience amenant notre attention à la réflexion, touchant notre attention en marge de cette réflexion. La lumière n'est pas un état, ni une abstraction. Elle est aperceptive. Aperception = perception instantanée de ce qui est perçu, sans personne pour percevoir ni quelque chose de perçu. Il ne s'agit pas d'une relation. L'ultime réalité de la lumière, origine du corps cosmique et du cerveau, subjugue toute faculté intellectuelle, tout concept. Elle nous prête "istence" dans son "ex"pression. Ainsi sur Terre, il y a : - Ici, Identité de l'essence, sans second, sans ressemblance, irréductible à la pensée . L'âme, en son intégrité. - et Là : l'adversité, tension antinomique vivante, dynamisme de la manifestation spatio-temporelle (yin-yang), état de nature, "qui-vive" au royaume de l'obscurantisme dualiste ; ou sursaut , acte spontané de création, révolution intérieure, tordant le cou à cette altérité objectivante de la pensée capable d' halluciner l'intelligence de la Vie dans cet état de séparation dont je suis l'auteur - personnellement. Cela peut arriver lorsque je regarde la télévision, cette production compromise dans cette saloperie organisée par l'hypermarché mondial, son humour grossier et jmenfoutiste, propre à l'artificier-vendeur, privé de son être et enrôlé dans une mission "économique" qui s'impose en totalitarisme, cette obscénité médiatisée, propagandiste (films, feuilletons, documentaires, journaux télévisés) mettant en scène la police en action, la guerre en action, la psychopathologie familiale et individuelle en action, éducation à rebours, unilatéralisme public des consciences, et censure qui se voudrait consensuellement départie de toute censure sous le régime torve qui instaure cette même procédure "démocratique" intériorisant la pensée collective afin de se l'approprier. Mais ce sont les sous-produits qui se vendent le mieux dans le règne de la quantité, du mépris, du simulacre généralisé en mode hypnotique. Des hommes comme Jean Baudrillard, Raoul Vaneigem, Bernard Noël (dans sa "castration mentale") ont dénoncé cette manipulation génétique de la pensée, qui s'immisce en nous à notre insu, à l'insu de notre appétit de communication, celle-ci étant passée aux mains d'une industrie sans scrupule, et que nous avons laissé s'installer en pouvoir, dont la violence se révèle à l'oeil nu. Notre esprit nous trompe. Il est susceptible de succomber au piège de la représentation, ce lâche défilement de l'acte de création, en tout instant en appel, au piège des représentations catégoriques, usines de jugements arbitraires, pervertissant l'intelligence jusque dans un charisme de basse complaisance qui ne tardera pas à révéler son caractère artificiel et frauduleux. Il y a l'Esprit pur, l'essence, et il y a l'esprit d'à-propos, très souvent cancanier, très souvent réducteur, issu d'une dérivation de notre essence spirituelle, comme expédiée par nous-même, et à notre insu, dans une annexe dissolvante. Il est donc impérieux de casser l'image, cette fantasmagorie de l'esprit qui s'inspire de l'entraînement-même de nos valeurs. Notre époque reflète la crise de l'"individu", cette entité fictive piégée par son appartenance au corps économique qui se résume et se réduit à l'exploitation, à la consommation, à la compétition, sous une dictature qui risque l'impasse sur la société humaine et le sens de la vie. Le monde peuplé de millions de sous-alimentés : "virtualité" ! la seule réalité : l'audimat; 1% d'écoute : négligeable. Nous ne sommes pas cet "individu", mais cette tranquillité inconditionnée à l'arrière-plan, intemporelle, vigilante, non limitée au temps et aux images, libre de cette sorcellerie, irréductible à la pensée, non-investie dans cette rivalité qu'instaure le profit parcellaire, unidirectionnel, qui emblêmatise la division en soi-même et dans le monde.. "Marche-arrière ?"... De quelle généralisation (cette sale manie aveuglante) la pensée s'empare-t'elle ? Qui dit que l'on avance, que l'on stagne ou que l'on recule ? qui est ce "on" qui impose l'idée d'une progression ? voyez-vous quelque "progrès" dans ce traitement linéaire de notre existence sur Terre ? ...Régression /statu quo / évolution - appartient à une représentation de situation qui est fragmentaire, temporelle. La création c'est ici, maintenant, sans négoce, au-delà de la pensée; le neuf ne peut venir que de la désintégration immédiate et sans sommation de l'imposture, surprise sur le seuil d'immixtion en nous-même; et les exemples ne manquent pas dans la vie de tous les jours!... C'est ce qui s'appelle : PRISE DE CONSCIENCE. Tumtum. juillet 2008

26/07/2008

TUM et Tumtum

TUM et Tum-tum Bien qu'AU monde et pour ainsi dire: dans la matière, nous ne sommes pas DU monde. Ni appartenance, ni dépendance, ni éparpillement dans les confusions figurées par notre esprit.L'esprit immatériel que nous sommes EN PREMIER, avant tout, et qui s'apparente à la conscience qui elle-même s'apparente à la lumière. Prendre conscience que le monde que nous portons en nous, comme une mère, au cours de notre existence n'est rien d'autre qu' accoucher (de nous-même), et le sens tant recherché de la vie, s'éclaire. Le monde que nous avons créé nous apparaît sous la forme d'un cauchemar rempli de brutes inconscientes qui disposent maintenant des moyens nucléaires, chimiques, d'exterminer mes organismes vivants sur cette planète, ainsi le corps que nous habitons et tout l'univers proche ou lointain peuvent disparaître en quelques instants. Mais la "venue en" et la "sortie de" ce monde ne dépend pas des hommes mais de la "Volonté du Ciel" ou autrement dit: la Grâce. Lorsque le Ciel se révèle en nous, il nous fait savoir qu'il y a une raison, une justesse, qui Lui est propre dans ce jeu d'apparitions/disparitions. Comprendre que la relation de couple au monde comme dans tout couple, binaire, s'éclaire par l'unicité de l'Un, du deux en un, unité qui ne sera jamais appropriable par l'"individu", ce concept morcelé, dissocié, projection de l'esprit qui s'auto-proclamerait, mais ACTE de la personne humaine, qui est un "masque", c'est-à-dire qui possède par délégation de la Vraie Nature que nous sommes foncièrement - inconnaissable, sans forme, sans visage - la capacité et l'entière responsabilité de se déterminer en expression, ou alors de s'égarer "en se prenant pour..." l'expression, dans cette mystification mise en place par les dieux pour la déjouer et se passer d'eux. Comprendre les mécanismes psychiques de la frustration du non-dit, de l'indicible, du mensonge qui le remplace, s'établissant en surimposition dans un monde où règne l'obscurité, et l'obscurantisme. Tout cela est une révélation qui engendre en nous une révolution intérieure, non-violente, entièrement nouvelle, inédite, vierge de toute mémoire d'histoire humaine, quoique... certains l'ont vécu, et vivent avec cela en eux, aujourd'hui même, et sans doute demain. Là n'est pas le problème. Transformation au sein-même de la conscience qui nous habite, secondairement transformatrice des reflets que nous accueillons en tant que miroir, allant dans le sens de l'éveil, de la co-naissance, de ce qui nous élève et élève en dignité l'être humain, vision à partir de notre altitude et de notre plus grande humilité, dans laquelle la psyché, autrement dit le miroir, se résorbe dans la lumière qui l'a vue naître. TumTum

13/07/2008

C'EST QUOI, LE "TCHAT' " ("chat" in english) ?

C'EST QUOI, LE "TCHAT' " ?... Une extension de papotage mental, de jacasserie, ou un espace ouvert de dialogue ? Ce dialogue dont la vertu est d'être révélateur. La non-relation qui se révèle en unicité à travers ce dialogue. Ainsi, dans l'un, deux est relié, pointant vers l'un sous-jacent, qui le met en scène. Deux en un seul, et la multiplicité: trois, quatre, dix-mille, dix-millions, vingt milliards, cent mille milliards de milliards, etc... Tout est relié. La conscience particulière est une fiction. Le dialogue amène à cette compréhension qui n'est pas malaxée, construite en échafaudage, en monument, qui n'est pas un objet. Apprendre est sans limite. De sorte que cette habitude maladive de préhension, de saisie, de comptabilité, et de situations retenues en objets, propre au "savoir", aux formes figées, paralysantes, ne peut que se dissoudre. C'est dans le silence de notre être que survient cette compréhension sans conclusion, sans ce trompeur: "j'ai compris !" , bourde monumentale qui ne peut que ramener à la confusion. Dissolution, disions-nous, au bénéfice de l'attention à ce qui se renouvelle à chaque instant. Co-naissance, intimement reliée, accueil de ce qui est, tel que cela se présente, s'éveillant avec (co), ensemble, maintenant. Eveil de notre vraie nature, qui nous instruit en permanence à condition d'être écoute et d'être honnête envers soi-même. La reconnaissance du faux débouche sur la clairière de notre être, l'acceptation totale, sans ombre. Etant donné qu'une partie de nous a longtemps été piégée dans le dysfonctionnement, il peut y avoir des résidus qui résistent, et ressurgissent, tentant d'empêcher cette clarté survenue en nous-même, contre laquelle ils ne peuvent rien, en rusant, en essayant de nous ramener en arrière, dans le connu, ou de nous projeter en avant, dans le futur, dans les schémas de cette distorsion génératrice de peur et de souffrance. Il faut les voir, les accueillir, sans faillir. L'intelligence de la vie en nous, ce "voir avec le coeur", nous aide lorsque nous avons laissé place nette en nous pour qu'elle puisse venir nous habiter. Elle n'est pas quelque chose de différent de ce que nous sommes, fondamentalement. Elle ne nous quitte jamais; c'est nous qui la quittons, cédant à cette hallucination hypnotique aux conséquences meurtrières, qui divise les choses, les êtres, qui importe cette division en nous-même, ces perspectives dans lesquelles il y aurait domination de l'un sur l'autre, cette notion d'autre contenant l'idée de séparé, qui n'a rien à voir avec les différences, la richesse, le bien-fondé, la pertinence des différences. Heureusement que les différences existent ! L'uniforme, l'uniformité, c'est le cauchemar créé par le totalitarisme manipulateur, qui ne cesse de le hanter. Autre ne signifie pas non plus: extérieur. C'est en nous. Intérieur ne veut pas dire subjectif. Penser n'est pas sentir, voir avec le coeur. Voir n'est pas penser; les deux sont impossibles en même temps. Il y a des choix qui s'imposent, où il n'y a pas le choix, où la tête est invitée à descendre dans le coeur, à abandonner tout son fatras. Accueil de tout ce qui se présente n'est pas indifférence, "laxisme", refus, rejet de la part d'un "je" qui s'isole dans le jugement: "inacceptable !"ou dans une opinion qui le met en valeur. Face à tout cela, solitude (reliée, reliante) n'est pas isolement (séparé, séparant). TumTum laisse ses visiteurs réfléchir à tout ça.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu