Avertir le modérateur

30/10/2008

GEOMANCIE et marchands de sable

L' internet étant devenu pour un grand nombre d'entre nous une source accélérée d'information, proposant même ses dictionnaires, Tumtum est allé consulter les trente premières pages de "Google" après avoir tapé le mot : Géomancie. Celles-ci reflètent le panorama édifiant de la gabegie dans laquelle se complaît la désinvolture mercantile et la désinformation informatisée qui relève du "règne de la quantité" dénoncé par Guénon ("Le règne de la quantité et les signes des temps"). Ces pages sont envahies d'offres de services de "voyants", de publicités pour des logiciels préformatés (pour "tirer la géomancie"), dénotant une approche avilie par la société de consommation et les errements de la psyché. Les définitions succintes qui sont données de la Géomancie se contentant de se recopier l'une sur l'autre sont dépourvues d'une ouverture réellement vivante, spirituellement et métaphysiquemen ; elles n'incitent guère le lecteur à une curiosité plus approfondie, ne figurant en fin de compte que comme argumentaires commerciaux. Chez Wikipedia, le "je-sais-tout" du web se trouve même reproduit à la fin de sa définition une erreur que quiconque a un peu d'expérience en Géomancie n'aura pas été sans relever. Il s'agit de l'inversion commise par Don Neroman dans son ouvrage "La Géomancie Retrouvée", ouvrage impressionnant par sa taille et sa présentation, et dont le concept littéraire s'inspire de la traduction des "Mille et Une Nuits" du Dr.Mardrus, et surtout de "L'Histoire de l'adolescente Sucre d'Amour" (du même auteur). Doté d'un esprit pédagogique indéniable et animé par une imagination fertile, Don Néroman a pris certaines libertés par rapport à ce qu'il est possible de trouver dans de nombreux ouvrages antérieurs, et notamment les traités arabes et ceux traduits en latin. Il "restitue" ainsi les noms attribués à deux figures, que son système d'interprétation très personnel considère comme interverties, croyant dénoncer une "erreur de copie" dont il est facilement vérifiable de constater le démenti en se référant à des sources unanimes plus anciennes. Et c'est cette source de confusion (dûe à la fantaisie de Don Néroman) qui apparaissant mentionnée dans ce dictionnaire est proposée sur le net, révélant par là un traitement de l'information peu soucieux d'exactitude. Laissons ces commentaires formalistes et parlons un peu du fond, qui n'est évoqué nulle part, et dont il semble encore une fois indispensable de préciser l'approche. En quoi la dialectique des figures géomantiques (de même : celle des "planètes" de l'Astrologie) mérite-t'elle que nous y prêtions attention ?... Car il ressort que les préjugés les plus courants s'appuient sur une carence, une ignorance entretenue vis-à-vis de ce dont il s'agit, notamment lorsqu'ils dénoncent la "fausseté" de ces "sciences" ou font entrer la superstition et les croyances naïves à propos (Astrologie) d'un "possible rayonnement cosmique de ces astres lointains"... C'est le raisonnement limitatif d'un champ intérieur cloisonné par les identifications sommaires et arbitraires qui voile tout un pan vivant d'observations sensibles, infra ou suprasensibles, quant aux dynamismes du monde phénoménal organique, dont il serait intéressant de témoigner, d'exprimer, en crevant cette toile publicitaire qui stationne dans l'exploitation des crédulités. Géo - Mancie. Géo : la Terre, le "terrain" qui se rend sensible à la psyché et qui pourrait être défini comme le conditionnement transitoire dans les configurations psychiques accolées à l'impermanence des formes et à l'usure temporelle, appréhension mentale ordinaire qui acquiert d'une façon arbitraire superficielle, relative et empirique, disons concommitente d'un point de vue horizontal restreint et réducteur, occupé par la notion d'un "moi", le statut erroné des "réalités" ; Mancie : fonction conjonctionelle de la Mens, de l'intelligence reliante, unifiante, de l'intuition démystifiante, révolutionnaire en essence c'est-à-dire animée par la vie de l'esprit, l'éveil de la conscience, qui après avoir objectivé le champ articulé des circonstances passagères dans lesquelles se manifestent et fonctionnent ces apparences, en opèrent la synthèse et ouvrent des brèches par ou peut s'éveiller une prise de conscience. Opération qui n'est pas seulement d'ordre déductif - psycho-logique - , intellectuel, bien que l'intellect puisse en favoriser l'approche, mais qui se résume en écoute, en ouverture. Mais cette éthique ne s'entrevoit que dans le lâcher-prise de toute manie, de tout concept structuraliste et de toute intention de saisie. C'est dans la pure perception que peut émerger la vision, à laquelle la pensée, l'ordinateur cérébral, et les yeux de chair n'ont pas accès. Le relevé géomantique se situe sur le terrain même du Songe spatio-temporel de notre existence, se référant à notre vécu personnel. Chacun est capable avec un peu d'expérience de se familiariser avec ces symboles de la Géomancie et de décrypter directement, sans besoin d'intermédiaire, ce relevé, selon son niveau de conscience et ses capacités intuitives. Le circuit des qualités d'énergie qui s'éprouvent, organiquement y est reconnaissable. Certaines de ces qualités d'énergie étant retenues, retiennent, paralysent, arrêtent, et obscurcissent l'esprit, et d'autres au contraire s'accordent au rythme vivant du renouvellement incessant. Leur constellation psychique (objectivée sous formes de figures) coïncide avec des effets immédiats sur les cellules de l'organisme. L'exploration géomantique nous renvoie à nous-même, à notre intériorité silencieuse, à l'arrière-plan de toute projection psychique, en en éclairant les mécanismes. Cette observation à distance éveille une qualité de conscience contemplative qui va transformer l'implication en la reconduisant sous son éclairage spirituel immanent. Spiritualité sans religion, née du discernement, contenue dans l'attention elle-même, dont l'affinement conduit à se passer de la pratique géomantique, toujours relative à un consultant, pour goûter la plénitude du moment présent, toujours en avance sur la psyché projective et figurante. Donc la Géomancie n'est pas vraiment une dépendance. L'oracle s'étend à l'infini dans l'univers sous formes vivantes et colorées. La vie sur Terre est une instruction ; tout ce que l'on perçoit est d'une certaine manière oraculaire et initiatique. Rien n'y échappe. En Géomancie, chaque figure comporte deux aspects complémentaires : un aspect manifesté et un aspect non-manifesté. Le champ dans lequel les qualités d'énergie se "figurent" est représenté par le canevas de douze points (4 fois 3 trois points superposés correspondant aux quatre éléments et à l'échelle organique : tête, coeur, ventre, pieds). Chaque figure n'occupe dans sa convexité manifestée, dans les quatre étages, qu'une partie du canevas. A chaque étage, s'exprime le point (l'impair) ou le bipoint (le pair) ce qui laisse toujours un espace non-occupé qui est lui-même de polarité inverse. La concavité révèle cette figure sous-jacente indissociablement liée, comme tout ce qui se manifeste dans le monde des apparences possède une contrepartie cachée qui n'est pas double, ni dualiste, mais interne ou externe. Inversion qui n'est pas non plus négativité par rapport à ce qui pourrait s'affirmer "positif". Prenons l'exemple du gain, de ce qui s'accroît , la figure "Acquisitio"; elle signifie aussi une perte comme le sens du profit, de la richesse, du gain, s'établit ici sur la diminution d'un là, et inversement "Amissio" la perte, possède un sens salutaire de lâcher-prise, de dépouillement du superflu. La figure "Conjunctio" qui relie le haut et le bas et pourrait se rapporter à l'imagination créatrice, à la faculté inventive, à la communication, se détache sur "Carcer", qui apparaît contraire enfermante, maturante, ce qui veut dire aussi que dans le plus obscur, il y a une ouverture, un germe de lumière, et que la communication peut être aliénante. La substance matricielle de "Carcer" n'est jamais complètement isolée de l'essence de "Conjunctio" qui la traverse. Et nous avons aussi cet aperçu essentiel et d'une actualité brûlante, de la féminité du masculin signifiée par "Albus" et de masculinité du féminin signifiée par "Rubeus". Les zones vides représentent la complémentarité cachée, sous-jacente, "l'autre" concerné par la figure en éminence. Il est essentiel de tenir compte de ces deux aspects qui interpellent la vision bipolaire de l"unicité ; réaliser l'unicité de ces deux aspects c'est habiter sciemment les deux hémisphères du cerveau, et même bien plus, puisqu'à ce moment-là, la conscience observante se tient en arrière. Ce champ du corps de Terre qui s'étend bien au-delà de la peau et des facultés sensorielles limitées est apparu dans la projection soumise au jour et à la nuit, que nous appelons le Songe. Dans la lumière de la conscience, naît et meurt la psyché. Ne subsiste que la Présence qui est cette qualité vigile que nous devons découvrir, car elle est la seule "chose" réellement présente et vivante en-dehors de toute cette mascarade fantasmagorique qui se cherche aveuglément ; elle est la réalité ultime de notre identité. Il nous appartient en propre et en priorité de nous connaître. La géomancie n'est qu'un accessoire de voyage et les constellations qui nous sont prêtées "à titre personnel" ne constituent pas notre véritable identité. Elles ne sont qu'une constellation spécifique d'engrammes synchronistique du moment de notre venue au monde. Tout cela n'est finalement qu'instrumental, que support d'expression. Il nous faut reconnaître l'expression première, originelle, fondamentale, celle qui vient de l'essence même de la Vie, qui a donné naissance à cette existence, à l'univers entier. Tout cela nous l'ignorons parce que nous nous tournons dans le mauvais sens, celui qui ne respecte pas la vie en présence qui l'environne, celui qui s'arrête, s'égare en conjectures, se crée des obstacles en s'identifiant à des formes éphémères, en se parant, en séparant, en se séparant de ce qui est et de qu'il est. La Géomancie n'est pas "asociale", seulement la conscience unitive dépasse l'entendement. "Via" n'est pas autiste ni dangereusement vouée à la tentation prophétique/totalitaire comme le voudrait l'esprit pragmatique. Elle est la voie de l'homme simple qui marche. " La voie qui peut être tracée n'est pas la Voie" (Lao Tseu). "Populus" n'est pas forcément la Djama'a, le concept dogmatique socio-religieux de l'Assemblée tel que défini par l'islam et soumis à la charia, c'est tout simplement le peuple, l'environnement naturel, la multiplicité, mais cette "foule" c'est aussi intérieurement le psychique, le processus bavard du mental, la dualité illusoire engendrant les similitudes, les distinctions ("Populus" : deux colonnes autour de "Via", quatre fois le bipoint) ; et c'est finalement pour "Via" en tant que Solitude essentielle : le Néant. "Via", le Monakhos (Evangile de Thomas) ou le pneumatique, le gnostique, dont la "peregrinatio" débouche au-delà du perceptible et du conceptuel, au-delà des catégories du temps et de l'espace ; et là, la Géomancie de même que la personne qui l'interroge (ou qui s'interroge), et tout ce qui est du monde manifesté, le Songe, est démystifié, "vain" comme le dit Kohélet (dit "L'Ecclésiste"), vain car vide. Nous rangeons les choses et les êtres par catégories mais en tant que personne humaine, nous sommes tous différents. C'est une richesse, une miséricorde. Chacun est doté d'une spécificité qui lui est propre, sans pareille, unique, qui lui concède une manière originale de voir les choses. Dans ces conditions, aucune comparaison, évaluation, possibilité de jugement, en se référant à soi-même ou à autrui, ou à des notions catégoriques sommaires, empruntées, des propagandes, n'est justifiable. La personne n'est pas un refuge. Cette multiplicité de l'unique est un mystère qui ne peut être abordé qu'intérieurement, par l'esprit, libre de structures et de systèmes. Car notre très relative "multiplicité personnelle" est une expression "colorée", elle ne peut servir de modèle, on ne peut s'en emparer comme d'un étalon de mesure. On ne peut s'y fier pour interpréter ce que l'on percoit. Il y a une incompatibilité formelle. Par contre, elle est sûrement, dans le fond, l'instrument du Soi lorsque la source pérenne de toute expression est entrevue. Il faut explorer, remonter à l'essence originelle, unique, incolore, universelle. On prend conscience qu'il y a deux mouvements - là encore : deux - expansion et résorption, le souffle, le souffle vital, et que ces deux mouvements se produisent dans l'éphémère mais constamment renouvelée création de l'instant. La personne humaine ignorante de l'univers dans lequel elle vit et des énergies qui l'habitent, devient parasitaire, prédatrice, exclusive, et cet autisme tend à s'objectiver rationnellement dans un immanentisme monstrueusement "solidifiant", dominée par le fascisme techno-totalitariste. "Le monde corporel ne peut pas être considéré comme un tout se suffisant à lui-même, ni comme quelque chose d'isolé dans l'ensemble de la manifestation universelle" écrivait René Guénon. Dans le monde manifesté, cette différence de la personne ne doit pas être confondue avec l'ego qui se l'appropie et l'altérité que suppose une conception dualiste, qui prétend la juger et la situe sur une échelle de valeurs, compte tenu de ses propres critères. La créature, imbue de sa personne, égarée dans ce qu'elle n'est pas, prostitue ce qui vient de l'Esprit, victime d'une subjectivité éprise de ses fantasmes. Une telle situation n'a jamais fait qu'accentuer le désordre et la confusion. C'est en nous, tout de suite, que l'univers se crée, s'éclaire ou s'obscurcit, que l'homme peut s'élever, et creuser dans sa Terre intérieure, et non par le biais des artifices répandus à la surface où croupit une espèce humaine fracturée, livrée à la barbarie, la prédation efrennée, la saleté égocentrique, le mépris, le mensonge, l'exploitation, la privatisation et la corruption. La "mensie" de la Terre nous avertit qu'il y a toujours un "autre versant" de la réalité, et cette altérité qui est le propre de la dynamique yin-yang de la condition terrestre n'autorise jamais à conclure, à se conforter dans une attitude, selon le processus représentatif. Lorsque Jésus est questionné sur l'arbitrage à donner à propos de la femme adultère, qui occasionne scrupules et divcisions dans l'opinion populaire, il trace des signes sur le sable et se relevant, énonce une parole qui renvoie l'accusation à la "terre" dans laquelle elle s'est formulée. Un manuscrit illustré du XVIIIème siècle montre les figures géomantiques sous formes de plantes portant fleurs et fruits ; il en est de même des "vrittis", des pulsations qui viennent percuter le cerveau à tout moment et prendre formes de pensées, ou semences et impressions qui vont se développer, suite à une excitation interne ou externe, comme les vagues à la surface de l'océan. Jardiner , spirituellement parlant, c'est aussi veiller à ce qui pousse sur le terrain, dans l'humus, en se servant de notre être, jusqu'à ce que nous soyons ravis par cette certitude que tout ce qui pousse est enraciné dans l'Un. Pour terminer, et en revenant à ce propos sur les "marchands de sable", on ne saurait trop leur conseiller d'examiner ce qu'ils font. On ne joue pas impunément avec les images, fussent-elles tracées dans le sable. La Géomancie n'a absolument rien à voir avec cet état d'esprit mystico-magique qui est une véritable pollution fantasmatique de l'ego égaré de son essence qui est présence lucide . Elle devrait toujours s'inscrire en prélude à une connaissance dans laquelle sa fonction perd toute cohérence, par un dépassemenr qui est émergence vivanre, où le questionnement est réintégré dans un maintenant atemporel, aspacial, qui n'éprouve pas ce besoin d'approbation, de justification : insondable félicité !.

Commentaires

Bonjour à vous.

Je possède depuis quelques années déjà les DES de Néroman,mais je ne sais pas les utiliser,?. Peut-être pouvez-vous m'aider.
Merci à l'avance.

DB.

Écrit par : BOUIS | 31/03/2009

Bonjour,

Désolé, je ne connais pas ces dés; je suis donc incapable de vous fournir la moindre explication quant à leur utilisation.

Cordialement,
Tumtum

Écrit par : Tumtum | 31/03/2009

Waw, excellent, oui cet article est tout bonnement excellent, particulièrement pour les débutants. Votre blog me donne envie d'en créer un également... j'espère que j'y arriverai !

Écrit par : ligne de la main | 26/03/2010

Ah! Vous pratiquez certainement la géomancie intelligemment.
Nous sommes tellement environnés par ce "règne de la quantité", publicitaire, automatisé dans la sidération, qui bousille toute approche sensible, soucieuse de la lumière consciente dans nos vies.

Merci pour le compliment !.
Et je vous souhaite de créer votre blog.
Ici (en comparaison avec d'autres blogs), je n'ai rencontré aucune difficulté; un jeu d'enfant !...

Bien cordialement,
Tumtum

Écrit par : Tumtum | 26/03/2010

Bonjour,
je suis intéressé par la géomancie pouvez vous me donner des référentiels fiables pour maîtriser cette science.merci

Écrit par : sangare | 16/05/2010

Bonjour,

Je vous recommande:
- les deux ouvrages d'Alain Le Kern: "La Géomancie, un art divinatoire", Editions du Rocher,1978, et"Maîtriser la Géomancie" (Ed.Jeanne Laffitte, 1992)
- Le "Traité élémentaire de Géomancie" du Colonel Eugène Caslant (Ed. Guy Trédaniel, ed. de La Maisnie, 1985
- "La Géomancie, pratique & interprétations" de Philippe Dubois, Ed. Albin Michel, 1986.

Cordialement,
Tumtum

Écrit par : Tumtum | 16/05/2010

Cher monsieur, merci de votre lecture si fine de notre chère géomancie.
Les Mères étant générées par écriture automatique, le code a déchiffrer est toujours cohérent dans un thème.
Aux travaux de Caslant et Khamballah jai ajoute mon expérience perso et des y sources arabes. Malgré mon ami Ambelain j'ai séparé le monde géomantique et ,e monde du Yi King. Ainsi est né mon livre, B A BA DE LA GÉOMANCIE chez Pardès.
Il est rare d'avoir des gros livres de sable car c'est d'abord de la pratique, on peut pas affabuler librement comme en Tarot. Et donc si on ne pratique mas on recopie bêtement.
Noter que Mathilde Sanoda est le pseudo de Le Kern pour une exploration marginale de la géomancie.
Encore .merci de votre approche !
Marielle Frédérique Turpaud.

Écrit par : Marielle | 20/07/2013

Chère Madame,

Merci pour votre commentaire. Je me garderai de définir d' "écriture automatique" le jet de traits ou points géomantique. Personnellement, j'y reconnais l'invitation d'un processus fort éloigné du regard que les Surréalistes portaient envers cette pratique. Sans doute la notion qui sépare l'aléatoire de l'intentionnel n'est-elle pas aussi tranchée qu'on l'admet communément. L'oraculaire nous induit dans l'univers du sens, du signe, et cela en une phénoménalité édifiante qui déborde largement le monde des limitations conventionnelles de la pensée et des points de vue rationalistes. C'est celui de l'ouverture à notre intériorité, qui pourrait se résumer par : le mystère, qui retient et sollicite notre attention, et qu'il s'agit de soigner en nous soignant nous-même, et le miracle, c'est-à-dire l'épiphanie, car il s'agit bien de cela.
J'ai rencontré Jean Carteret, dont la vision intérieure rassemblait harmoniquement Astrologie, Yi-King, Tarot, et Géomancie. Phénoménalité édifiante disais-je, car elle amène à réaliser que tout est relié, et infiniment plus que ne peut le concevoir le "cogito" qui lui, au contraire s'applique à séparer, avec la vanité et la prétention d' expliquer c'est-à-dire de mettre un terme à ce qui n'en a pas ou de valoriser en termes d'imposture sa propre figuration.
Réalisant que la "dimension" réelle de notre vie est avant tout poétique et métaphysique, il n'y a plus de marotte pour l'esprit édifié par l'Esprit, réintégrant son essence.

Écrit par : Philippe Dubois | 20/07/2013

Suite à ma réponse à Marielle-Frédérique :

Je ne puis partager votre interprétation (http://mfturpaud.pagesperso-orange.fr/Geomancie_Jean.htm) de l'épisode "géomantique" de Jésus, dont l'argumentation s'appuie sur les évangiles canoniques et la Bible.
Je viens de publier sur ce blog mon cahier de méditation sur l'Evangile de Thomas. Le logion 43 laisse sous-entendre que Jésus ne se situe pas dans la perspective dualiste des religions existantes et des livres denommés "saints" tels que la Thora. Il n'a rien à faire, comme je l'écris dans ce cahier, avec le "confucianisme" hébraïque dans lequel ses disciples se maintiennent (c'est évident !), hormis Thomas et Marie de Magdala, sa compagne, de même que Han Shan et Shi Te, hors du monastère, connaissaient l'esprit de la doctrine mieux que les moines et les maîtres qui s'y trouvaient. Cet évangile, comme je l'écris également, révèle un Jésus "gnani" tel que le fût, il y a encore peu de temps, un Nisargadatta Maharaj. Un homme de connaissance, un "réalisé".Et je n'oublie pas Stephen Jourdain qui fut aussi l'un des plus récents "témoins" et orateur de la connaissance de soi, avec toute la vigueur de l'irrévérence et de l'humour que l'éveil suppose. Autrement, nous sommes dans les "vieux schémas", comme disait Krishnamurti.
Par ailleurs, pour aborder le Yi-King, il faut avoir lu, et s'en être pénétré, le "Tao Te King", Tchouang-Tseu, Lie-Tseu, et les poètes Tch'an, ou plus près de nous: Wei Wu Wei, et à mon avis nul n'a mieux compris cette démarche conjonctive que mon ami Daniel Giraud. Dans cette lignée d'auteurs occidentaux de qualité, il y a aussi le docteur Roger Godel.
A mes yeux, mieux que Caslant et Rouhier (Khamballah), il y a Francis Warrain, pour les bribes de métaphysique qu'il a laissé entrevoir, sur la géomancie, et Alain Le Kern pour son style pédagogique, nettement préférable à celui de Don Néroman qui à mon avis aurait mieux fait de s'en tenir (en géomancie) à son roman sur "L'adolescente Sucre d'Amour".

Bien cordialement,
Ph.D.

Écrit par : Philippe Dubois | 20/07/2013

Hey, cet article est tout simplement super. Ca part tout de suite dans les favoris.

Écrit par : salon de l'auto 2014 | 22/07/2014

Hey, vraiment intéressant. Ca part direct dans les favoris.

Écrit par : iPad air 2 caractéristiques | 19/09/2014

Bonjour,

Je vous contacte car je suis interess par la Géomancie et je souhaiterais rencontrer Philippe Dubois ou bien m'entretenir avec lui via email au sujet de son livre et surtout sur l'aspect astrologique de la Geomancie et de sa lecture dans le temps.

Merci de bien vouloir me recontacter.
Bien amicalement,
Graph

Écrit par : Raph | 03/03/2015

Bonjour,

J'ai pratiqué il y a une quarantaine d'années la géomancie "oraculaire" avec un ami astrologue. Nous confrontions avec étonnement nos études respectives qui corroboraient et en dégagions une synthèse. J'ai depuis bien des années cessé cette pratique pour m'intéresser à la métaphysique de la géomancie. Les prédictions "à la petite semaine" ne m'intéressent pas, pas plus que celles à plus long terme. La métaphysique géomantique nous apprend à élargir l'espace d'observation bien au-delà du support (l'Ecu) et des Trois Déesses de la Destinée que figurent les Maisons XIII, XIX et XV, pour nous accorder à une méditation sur l'Instant, en accord avec la Maison XVI qui est extérieure au thème. Vous évoquez une "lecture dans le temps" mais à quel temps faites-vous référence ? Reportez-vous à mon article : " La matière subtile de la géomancie" et vous verrez que j'y fais mention d'une transmutation qui intervient et qui fait que désormais, l'attention se porte sur le "moulin" et sur "l'eau", au croisement de cet espace-temps horizontal habité passagèrement par "bibi" et de l'Instant vertical qui relie notre âme à l'Absolu. Une telle rencontre défie toutes les lois et concepts ordinaires; on peut évoquer la théorie quantique si l'on veut, mais c'est réellement hors du temps et de l'espace que se pressent la Présence observante. C'est aussi ce qui s'est produit chez Jean Carteret lorsqu'il a étudié l'astrologie; il en est vite arrivé à se passionner pour "le moteur", délaissant les interprétations de thèmes pour se consacrer à une approche gnostique infiniment plus ouverte et plus révélatrice. Vous pouvez ici-même me soumettre les questions qui vous préoccupent. Je vous répondrai.

Philippe

Écrit par : Philippe Dubois | 04/03/2015

Bonjour Philippe,
Merci pour cette réponse et aussi pour m'offrir la possibilité de comprendre un peu mieux le fonctionnement interne de la Géomancie :o )
Pour moi le fait que je puisse la relier pratiquement au Yi King me fait pressentir qu'il y a une matrice qui est le "moteur",le fonctionnement ou le fondement commun à de multiple disciplines.
Il est sûr que nous recherchons tous le moteur qui gère ou qui est géré par les interdépendances qui agissent et se déploient dans le temps.
Ma question se rapportait bien sur sur l'aspect technique mais ma recherche est à la base pour comprendre et relier ce que vous expliquez dans votre livre avec la lecture profonde du Feng Shui.
Personnellement je n'ai pas de formation en astrologie mais l'interaction et la distribution des polarités planétaires les unes par rapport aux autres est un fonctionnement logique et évident dans ma compréhention des influences cycliques dans le temps.
J'ai d'abord besoin de passer par la pratique et la comparaison de differentes disciples pour valider mes intuitions et mes compréhention par l'expérience.
Serais-t-il possible de communiquer directement par email afin d'aller plus en détails dans une recherche qui est assez personnelle?
Bien amicalement,
Graph

Écrit par : Graph | 04/03/2015

Re-bonjour Graph (ou Raph)...pour Raphael ?,

Dans mon livre, il n'est pas question du du Feng-Shui qui est aussi différent de la Géomancie (Ilm Al raml) que l'Astrologie Chinoise de l'Astrologie occidentale, et que je ne connais pas. J'ai créé ce blog sous le pseudonyme de "Tum-Tum" pour discuter éventuellement des thèmes que j''y expose, ce qui évite d'utiliser mon adresse e-mail que je réserve à des courriers privés.

Philippe

Écrit par : Philippe Dubois | 04/03/2015

Bonjour,
Oui je comprend, je parlais de se parler en direct pour que ce soit plus rapide et je pensais quvous aviez une adresse email non nominative pour echanger ou bien que cela aurait u se faire via un forum.
D'après ce que j'ai vu, les tirages en geomancie avez un lien fort avec les influences planétaire. Comment d'un point de vue technique relier un tirage avec un thème astrologique?
J'ai remarqué que certain auteurs conseillaient de faire le tirage de la droite vers la gauche et d'autres de la gauche vers la droite.
J'ai pu constater également que pour certains, les mères secondaires étaient appellées "Filles" et quelles étaient disposées en dessous des "premières Mères".
Pourquoi ces différences et quelles sont leur répercution sur le sens du tirages?
Dans le livre j'ai vu que vous évoquiez les "Trois Déesses", qui sont-elles et quelle sont leurs influences?
Merci à bientôt!
Bien amicalement,
Graph

Écrit par : Graph | 06/03/2015

Si vous pratiquez l'astrologie sérieusement, vous observez les transits qui sont des indications temporelles. L'observation en parallèle de thèmes géomantiques tirés en ces mêmes périodes vous présentera des concordances et parfois des précisions. Vous pouvez aussi, vous en tenir à l'oracle géomantique seul, sans chercher ailleurs des "confirmations", ce qui prouve peut-être quevous n'avez pas été assez attentif dans votre étude purement géomantique. Il n'y a pas lieu de forcer l'interprétation. Les images subjectives qui viennent à votre rencontre doivent être saisissantes de sens, et dépeindre ce que vous savez déjà, vos impressions intimes. C'est à cela que peut se reconnaître l'amorce d'un énoncé oraculaire cohérent. Le tracé des traits s'effectue dans le sens de l'écriture qui vous est familière donc: de gauche à droite en Occident. Sous les quatre Figures Mères, ce ne sont pas les Filles (qui découlent des "Mères", à leur suite, d'une "relation à angle droit", maisons V à VIII) mais les deux premières NIèces soit les Maisons IX et X. Vous pouvez découvrir une explication alchimique à cette synthèse de fusion algébrique la I et II en la IX et de la III et IV en la X. On pourrait appeler cette zone le champ karmique. Décidément, vous voyez dans mon livre des choses qui n'y figurent pas. La notion des Trois Déesses est une intuition toute récente à la faveur de la visite de l'atelier d'une artiste qui en a fait des sculptures. C'est l'image de la Femme sous trois aspects ou périodes existencielles. Dans la Mythologie Nordique, les Trois Nornes : Skud, la jeune fille, Verdandi, la mère et Urd, la sage vieille femme sont effectivement placées sous la protection de l'Arbre Cosmique, ici figuré par les ramifications s'étendant à travers les Douze Maisons du Zodiaque. Lorsque j'ai écrit mon livre, je n'avais pas fait ce rapprochement.

Écrit par : Philippe Dubois | 06/03/2015

Bonjour,

J'ai beaucoup apprécié votre article. Votre regard sur la géomancie dépoussière cet art qui en a bien besoin. La manière dont vous lisez les figures en "creux" est particulièrement pertinente. J'ai beaucoup pratiqué la géomancie dans ma jeunesse (lointaine) et j'y reviens aujourd'hui avec un grand bonheur. Votre texte m'en donne encore plus de plaisir.

Bien à vous et bonne "route".

Écrit par : Sculier | 10/04/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu