Avertir le modérateur

23/12/2008

TROIS WEBSITES REMARQUABLES

Si Noël est l'occasion de fêter quelque événement relatif à la venue au monde, c'est de l'apparition sur internet d'écrits de "co-naissance" que je voudrais faire acte ici de célébration. Et que l'on ne voie là aucune manière "sacrilège" car "faire des deux l'Un" et épiphaniser le Royaume en nous, ici et maintenant, est l'invitation même signifiée par Jesus. La découverte du blog : "propos sur la non-dualité" de Monko, qui propose chaque jour de nouvelles notes, sujets de réflexion s'inscrivant dans la plus pure tradition de l'Advaïta-Védanta, et invite à des commentaires qui peuvent se transformer en dialogues et en réponses éclairantes, méritait ô combien, d'être ici expressément mentionné et même recommandé sans réserve. A l'égal du Forum ouvert inauguré par Jean-Marc Mantel sur son propre site (dont j'avais déjà parlé), il est offert ici de participer à ce que j'avais appelé "web-satsang", initiative qui avait suscitée en moi émerveillement mêle d'enthousiasme. Par le biais du "web", des entretiens spirituels concernant l'essentiel : l'Eveil, la connaissance de soi, sont désormais disponibles, "en ligne"!... Monko nous prévient à bon escient, dans l'une des réponses données aux commentaires, qu' "il doit être souligné qu'une discussion exclusivement littéraire sans la 'présence silencieuse' qui l'accompagne dans les satsang est très délicate (de même pour la lecture des entretiens des sages)", mais il n'en demeure pas moins que l'existence de ces sites répond à un souhait, à un désir profond, même s'il n'est pas ouvertement formulé ; je dirais qu'il y a là : offrande providentielle et témoignage d'invitation à l'éveil, et qu'une telle opportunité ne pouvait pas être passée sous silence. Ajoutons à ces deux excellentes adresses, un troisième blog, celui de Victorinus :"connaissance du matin"(dans les blogs du journal "Le Monde")- dont j'ai déjà parlé aussi. Victorinus a fait savoir tout récemment sa décision de consacrer désormais le contenu de son blog à l'art, pensant avoir épuisé ce qu'il avait à nous faire partager sur la question spirituelle. Pour terminer en beauté, il nous offre en cadeau un remarquable exposé, un texte d'une rare intensité, intitulé : "Le secret", en 5 chapitres. L'auteur parsemait volontiers ses notes de références aussi bien à Maître Eckhart, qu'à Silésius, l'évangile de Thomas, qu'à Nisargadatta, à Michel Henry, et Stephen Jourdain. Tumtum vous le dit tout net : ces trois sites-là sont ce qu'il a trouvé de meilleur sur le net !. Car ils pointent vers la Source, qui est en "chaque-un" (comme dit Victorinus qui possède un certain génie pour décortiquer les mots) de nous. Tumtum exprime ici toute sa gratitude à Monko, à Jean-Marc, et à Victorinus pour la Présence dont ils ont véhiculé le parfum sur "la toile", nous renvoyant à la Joie inconditionnelle, sans objet, qui est notre Vraie Nature. Tumtum

Commentaires

Merci pour ce bel hommage à ces trois sites, Phil. Et merci de me les avoir fait découvrir. Ils sont précieux, tout comme ton Tumtumblog.

Bises !

Écrit par : Ginou | 24/12/2008

Bonjour Tum Tum; comme le disait John Cage: 'je n'ai rien à dire et je le dis"... Juste merci pour votre lecture bienveillante et éclairée. C'est là mon premier voyage sur ton blog, il est clair que j'aurai à y revenir régulièrement. Il n'y aura jamais assez de lumière, sur le web comme ailleurs. Nous sommes des amoureux de la vérité, et nous savons que cet amour est un, que l'aimé et l'amant ne sont qu'un. La vérité s'aime en nous, et ne peut le faire qu'en notre absence, qui se révèle en tant que présence silencieuse et joie sans objet.
Un grand merci à Ginou pour l'adresse, et son intérêt pour tout cela, même si cet intérêt ne peut qu'être impersonnel. Mais il est la manifestation de la Vie même, la source de vie que nous sommes.
A tràs bientôt donc,
et bonnes fêtes,
Monko.

Écrit par : Monko | 24/12/2008

Bonjour Ginou, merci pour ton commentaire !

...et Bonjour Monko,
Je suis touché par votre/ta (?) visite et par le beau commentaire qui l'accompagne et brûle en moi en (re)connaissance. L'accent mis sur l'impersonnel n'est pas sans ranimer en moi l'interrogation sur les modes d'expression, par exemple : ce "poster" que j'ai mis dans les albums, intitulé "Merci à Tous d'être apparu sur Terre !", ne pêcherait-t'il pas d'une certaine manière (puérile) en "personnalisation", en affichant les visages d'êtres humains qui me sont chers pour avoir contribué à m'éveiller ?... et peut-être aussi bien d'autres "objets" relatifs à la mémoire anecdotique, à la figuration d'un "parcours" toujours dépassé par l'instant présent , qui parsèment ce Tumtumblog ?...

Écrit par : Tumtum | 25/12/2008

...Finalement, la réponse qui se fait en moi est : "non !" ; quelque soit la puérilité et la possible maladresse de la chose, ce "poster" a surgi dans un élan de reconnaissance; la seule chose que je pourrais lui reprocher est de paraître limité à ces quelques personnalités alors que bien d'autres, dans la proximité immédiate de la vie de tous les jours, des animaux aussi, des arbres, et même jusqu'à certaines constellations qui me "clignent de l'oeil", méritent cette gratitude. Tout ce qui est apparu en moi et continue d'apparaître.
Je n'ai jamais terminé complètement la lecture du "Doute libérateur" de Preyre. Il est bon d'accueillir en soi TOUT CE QUI SE PRESENTE, y compris ces questions, de prendre le temps de les laisser être observées par la qualité impersonnelle qui permet de les voir à partir d'une globalité.
Emerge alors une compréhension qui RESTITUE les outils, ce que j'appelais "modes d'expression" à la source cherchant à se révéler. Cette compréhension dissipe ce genre d' égarement momentané, qui relève d'un système et se croit dépendant de lui. Système qui pourrait se résumer par cet axiome: "je me crois l'auteur de mes actes".

Écrit par : Tumtum | 26/12/2008

Coucou Phil !

C'est exactement ce que je t'aurais répondu. Enfin, pas tout à fait, mais j'aurais aussi dit "non". Je ne vois pas ce que ça a de puéril ou de maladroit de montrer sa reconnaissance aux personnes qui nous ont apporté beaucoup, qui nous ont ouvert (ou permis d'ouvrir) des portes derrière lesquelles se cachaient le bonheur, la joie, la vie...
Dans ce poster tu n'y as mis que ceux que tout le monde peut connaître. Tous les autres sont dans ton coeur, ils vivent en toi, c'est le plus important. L'hommage que tu as rendu à ces personnages, nous devrions tous en rendre un à ceux qui ont agi pour notre bien, volontairement ou pas, même si à travers eux, c'est la Conscience qui s'est exprimée. Les honorer, c'est une acte d'amour envers Elle. Je le ressens de cette façon-là.

Bises et à bientôt !

Ginou

Écrit par : Ginou | 26/12/2008

Bonjour tumtum et ginou,
vous avez amplement raison en ce qui concrne la reconnaissance: j'ai moi-même "dédicacé" certains textes (et peut-être plus) à mes maîtres, et j'ai une photo de Maharshi sur une petite table, avec aussi un bouddha(...) La puérilité est l'attachement à la forme (au maître en tant que personne), une liberté encore dépendante par cet attachement. Embrasser totalement cette liberté infinie, est, dans un sens "spirituel", devenir adulte, ou naître réellement. Bien sûr, dans notre perspective, tout est inclus. La puérilité consiste peut-être justement dans le "choix" personnel d'accueillir cela ou rejeter ceci; car cet accueil et ce refus sont l'expression de la peur et du désir qui nous gouvernent encore. Notre nature est pur accueil, pure disponibilité, sans peur et sans désir, ou plutôt libre de la peur et du désir. Mais elle est aussi libre de ce qu'elle accueille...Mon maître disait ceci: "La Conscience contemple ce qu'elle crée".
Donc bien sûr, nous sommes tous reconnaissants à l'infini de ceux qui ont pointé la lumière en nous, qui ont contribué à la révéler, et nous sommes en même temps libre de cette reconnaissance.
Amitiés,
Monko

Écrit par : monko | 28/12/2008

Bonjour Monko,
J'ai pris connaissance ce matin de vos notes du 27 déc. intitulées IMPERFECTION ET PERFECTION et NOTE SUR LA SOUFFRANCE ET L'EXTINCTION. Je les ai lues et relues plusieurs fois, lentement, attentivement, en laissant résoner en moi chaque mot, chaque phrase.Tout ce que vous écrivez est ressenti comme coulant directement de source. Cette lecture matinale se fondait en évidence dans la lumière matinale, dans la qualité de silence, bien au-delà des mots... L'essence de votre message se reconnaissait dans ce qu'il m'était donné à vivre. Qu'aurais-je eu à dire ?... Merci ! Merci d'être là. Je ne devrais pas en parler au passé, c'est hors-du-temps. Lorsque Jean Klein m'a dit "vous n'êtes ni dans le temps ni dans l'espace", cela s'est fait entendre en moi comme une réalité, une métamorphose ; j'ai éprouvé le sentiment - mais c'est même bien plus que cela encore : cela m'a envahi - que c'était le Soi en moi qui me révélait cela, que j'avais toujours su de manière confuse, sans le réaliser comme en cet instant.
En découvrant le discours de Jean-Marc Mantel, sur internet, j'ai reconnu ce même parfum du Soi, impersonnel ; en découvrant vos notes, c'est encore lui !... Très étonnant !
Ces surprises inattendues me comblent de joie. Cela fait échos, et interpelle. La lumière fait son oeuvre, dans le vécu de tous les jours, de chaque instant, comme dans ces entretiens spirituels, qui affinent, amènent d'indispensables précisions, qui arrivent même "par enchantement", à point nommé, en synchronicité avec les aspects que l'on peut rencontrer intimement.
J'ai mis aussi la photo d'une statue d'un bouddah sur une étagère auprès de mon bureau, que j'ai choisi pour le geste, le "mudra", qu'il fait avec ses mains : en fait, le simple signe de salutation en Chine, la main gauche refermée sur le poing droit, symbolisant la Conscience englobante.
Nos petits dialogues en âme-itié me réjouissent. Il y a une telle Beauté ignorée par la plupart d'entre nous. Hier soir, la voûte étoilée était d'une clarté rare ; c'était véritablement "festif" ! une émotion indescriptible m'a saisi en présence de ces milliards d'étoiles, de cette netteté peu ordinaire des constellations qui dépassait de très loin tous les spectacles et mises-en-scènes que le mental peut inventer.

Écrit par : Tumtum | 28/12/2008

Oui, je vous prie de m'excuser pour "lecture matinale" suivi de: "lumière matinale". Je n'ai pas pris le temps de me relire suffisamment.

Écrit par : Tumtum | 28/12/2008

Bonsoir.

Pour ma part, j'ai mis votre blog en lien sur le mien :

Vos propos, comme ceux de Monko, sont portés par la grâce.

Chaleureusement (et merci à Ginou pour le lien).

Écrit par : aksysmundi | 29/12/2008

Bonsoir à tous, tumtum, ginou et aksysmundi;
Juste pour vous dire que, en ce qui me concerne, votre rencontre à tous trois est l'oeuvre de la grâce, pour reprendre le terme d'aksysmundi...(dont les poèmes publiés sur son blog sont de toute beauté, comme les textes présentés ici, j'ai oublié de le lui dire; mais j'irai l'inscrire directement en commentaire sur son blog...). De même, pardonnez-moi de ne pas avoir encore mis vos blogs en lien sur le mien, mais c'est pour bientôt...
Au plaisir de vous lire ou de vous entendre ici ou là...
bien à vous,
Monko

Écrit par : monko | 29/12/2008

Bonjour vous trois !

Il y a quelques jours, je disais à Tumtum à quel point je suis heureuse de pouvoir dialoguer avec vous, et quelle chance c'est, pour moi, de vous avoir rencontrés.

Oui, le blog d'Aksysmundi (PLENITUDE CELESTE), est également très beau. On y trouve des textes magnifiques, notamment celui sur le sommeil, cité chez Monko, mais aussi une petite réflexion sur le pardon, dont je viens de placer un extrait sur le VIPERMAN d'Abelfaygore. Et tant d'autres encore.

Je formule le voeux que vos trois blogs durent encore longtemps. Il en existe si peu d'une telle qualité, si peu renvoyant la lumière qui brille dans les coeurs.

Merci à vous trois, et à bientôt...

Écrit par : Ginou | 30/12/2008

Puisque je suis de retour ici et que vous y passez tous les trois, j'aimerais poser une question, qui pourrait s'adresser principalement à Phil (mais pas seulement), puisqu'il m'écrivait il y a quelques jours, que nous faisons peut-être partie des rares personnes "capables d'échanger dans cette ouverture que nous sommes dont parlait Jean Klein".

La question que je me pose est la suivante : pourquoi la Conscience ne se révèle-t-elle pas à tout le monde ? Il est exceptionnel d'être éveillé, la plupart des gens arrivent au bout du chemin sans même savoir que cela existe.

Bises !

Ginou

Écrit par : Ginou | 30/12/2008

La Conscience est à l'oeuvre partout, en chacun de nous. Elle contient le monde, tout ce qui existe, donc nul n'y échappe, tôt ou tard. Tant qu'on se tient dans l'illusion, dans l'ignorance ou dans le diffèrement (ou affairement), on est dans la rêvasserie; on surimpose cette rêvasserie à ce qui est, à Cela qui voit, à Cela qui Se révèle, éclairant "toute chose". A qui l'éveil peut-il paraître "exceptionnel" ?... Il n'y a que l'éveil ; c'est le sens même de l'existence, l'essence créatrice du champ d'existence. Il suffit d'en prendre conscience ; cela change tout. Le concept "la plupart des gens" perd toute crédibilité; comment peut-on se mettre à leur place ? que peut-on savoir de la rencontre qui s'effectue au bout du chemin si on ne la vit pas en soi-même ?.
Ma réponse d'il y a quelques jours, je m'en aperçois maintenant, était équivoque; il aurait fallu insister, préciser que dans cette ouverture dans laquelle il y a "échanges" (le terme est incorrect, plutôt dire: rencontre, mais rencontre avec soi-même) il n'y a personne, il n'y a aucune place pour une personne, à plus forte raison une ou plusieurs personnes "privilégiées" ou quoi que ce soit de cet ordre là. C'est la lumière seule qui 'agit"; il n'y a pas de "nous", il n'y a pas de "partie". Lorsque "ces gens" réalisent qu'ils n'ont jamais été "ces gens", il ne reste que le lumière. Réaliser que la Conscience coiffe la totalité du champ est extinction, abandon, restitution à la lumière pérenne de tout ce qui a pu prendre forme et support passager de révélation.

Écrit par : Tumtum | 30/12/2008

Merci aussi à toi, Axysmundi, pour la présence sur internet de ton merveilleux blog: "PLENITUDE CELESTE" que j'ai visité cet après-midi, et à tous ses participants !.

Écrit par : Tumtum | 30/12/2008

...maintenant, il est toujours possible de se demander (après tout ce qui a été dit) : mais alors, s'il "n'y a personne", qui donc est ce "je" qui a pu aller visiter le blog PLENITUDE CELESTE ?... C'est une question soulevée par Stephen Jourdain. Il faut se garder des pièges de la rhétorique "non-duelle", qui, si mes souvenirs sont bons, sont énumérés à bon escient, à la fin de l'article tentant d'élucider la polémique suscitée autour de Ramesh Baleskar, sur le site "Inner Quest" (si cet article y figure toujours).
J'ai reçu aujourd'hui même une lettre de mon ami Dan, à qui j'ai adressé quelques pages des propos de Monko et il me répond qu'il "l'interroge", en reconnaissant que "tout ce qu'il dit est exact". Mais il ajoute: "Mais cela suffit-il ?... N'importe quel érudit (à peine...) peut, après s'être renseigné sur les textes et entretiens non-duels, écrire ou dire les mêmes choses...
Une rencontre vraie et non virtuelle s'avèrerait non seulement nécessaire mais instructive".

Écrit par : Tumtum | 30/12/2008

Bonsoir Ginou.

La notion d'éveil n'a finalement d'intérêt que pour celui qui le cherche. Celui que tu appelle "éveillé" ne se considère pas comme tel, ni comme autre chose d'ailleurs : IL EST, ce qui est une Grâce en soi.

Tu demandes : "Pourquoi la Conscience ne se révèle pas à tout le monde ?". A qui apparaît cette question sinon à une Conscience ? Et "Tout le monde" n'est-il pas lui-même Conscience ? Que cherche t'il donc alors qui ne soit pas déjà Lui ? Telle ne devrait pas être la question ? :-)

Bonsoir Tumtum et merci de ton accueil.

La plupart des participants qui illuminent Plénitude Céleste de leurs commentaires éditent également des propos magnifiques par le biais de leur propre blog ou forum. Je t'invite chaleureusement à les visiter.

Bien chaleureusement.

Écrit par : aksysmundi | 31/12/2008

Ayant fait un tour sur le site Inner Quest, je viens de m'apercevoir que cet article auquel je faisais référence (accusant R.Balsekar et W.Liquorman, et développant une sorte de charte énonçant les facteurs de reconnaissance d'un authentique porte-parole de la non-dualité, suivi d'une liste des "tocs" ou pièges mentaux dans lesquels peut entraîner un satsang dénaturé par l'ego, en abus des formules de réponses "non-duelles", ruses d'ordre ego-intellectuel, joutes ne révélant que l'ego spirituel) a disparu, sans doute à cause du caractère polémique et diffamatoire qu'il mettait en scène et était susceptible de propager, ce que je comprends fort bien.
Ce qui rejoint un peu les appréhensions de mon ami Dan; ces "tocs" consistent par exemple à répondre systématiquement à son interlocuteur (ce qui est une forme de violence) : "Qui dit cela ?", ou à se servir mnémoniquement et d'une façon mécanisée de certains types de réponses lues ou entendues chez les orateurs de la spiritualité, dont il n'est retenu que l'effet, la séduction stratégique, en fin de compte il s'agit là d'une procédure pathologique, portée par la méprise et porteuse de mépris. Refus à l'encontre de notre Etre total, qui s'exprime en totalitarisme.

Écrit par : Tumtum | 31/12/2008

Bonjour à tous !

Aksysmundi, merci pour ta réponse. C'est vrai qu'il peut paraître idiot de rechercher la Conscience puisque nous sommes la conscience même. Si nous n'étions pas conscients, nous ne serions pas, et nous ne rechercherions rien. Mais apparemment, il y a un "défaut de fabrication" quelque part : tout en étant conscients que nous sommes conscients, nous ne le sommes toutefois pas suffisamment pour avoir conscience que nous sommes conscience... Pour reprendre un exemple que Jean-Marc Mantel m'a donné il y a quelques temps, c'est comme si nous nous regardions dans un miroir qui reflète un éléphant, et que nous nous prenions pour le reflet de cet éléphant. Certains finissent par se rendre compte assez vite qu'ils ne sont pas ça, d'autres le réalisent peut-être, mais en arrivant tout au bout du chemin. C'est cette différence que je ne comprends pas et qui est triste.

Phil, merci à toi aussi pour la réponse que tu as faite à ma question. Je suis heureuse que tu aies fait ces précisions. Je te l'avais dit : cette idée d'être "différent" (ou "privilégié") me donnait le vertige, et me faisait un peu peur. Mais même si je sais que tu as raison quand tu dis qu'il n'y a personne, je ne le sais que parce que tu me le dis depuis des mois, parce que vous le dites tous. Je ne suis pas encore arrivée à le ressentir vraiment ; pour moi il y a toujours des êtres séparés.

Hier j'ai aussi reçu une lettre de Dan, dans laquelle il me conseille d'aller assister à des entretiens de Steve (Jourdain). J'y pensais (j'aime bien la personnalité de Steve), et ça se fera sûrement quand le moment sera venu. Ce qui me fait sourire, c'est qu'il t'ait écrit les doutes qu'il a au sujet de ce qui peut se lire sur le net concernant la non-dualité. Quand il dit que "N'importe quel érudit (à peine...) peut, après s'être renseigné sur les textes et entretiens non-duels, écrire ou dire les mêmes choses..." je suis entièrement de son avis puisque je me suis fait la même réflexion plus d'une fois. Et il a raison de dire qu'il suffit d'être "à peine" érudit. Selon à qui l'on s'adresse, on peut même enlever le mot "érudit". Il suffit d'avoir bien intégré ses lectures et assisté à quelques entretiens. Alors oui, il a raison aussi, rien ne vaut la rencontre non-virtuelle. Mais sur le net, on peut trouver de très beaux textes, et avoir les bonnes réponses à ses questions. Il suffit de savoir en qui on peut avoir totalement confiance.

Bises et bonne journée à tous !

Écrit par : Ginou | 31/12/2008

Bonjour à tous,
Concernant la possibilité de discourir sur la non-dualité par simple érudition, sans la compréhension véritable qui doit l'accompagner: d'une part, j'ai déjà exprimé la nécessité primordiale d'une "vraie" rencontre. Ramana donnait le darshan, et c'était certainement plus éloquent que tous les enseignements oraux...
Récemment, sur un forum consacré à des discussions (sans fin) sur la non-dualité, quelqu'un me demandait: "Es-tu un authentique être réalisé?"!!! (sous-entendu, "pour te permettre de dire ceci ou cela"?)
Franchement, est-ce si important? La vraie question est: "est-ce que ce que je lis touche quelque chose en moi?" ou "est-ce que ce que je lis est éclairant pour moi quant à mon présentiment de l'ultime vérité?" Il est un moment où il faut faire confiance dans notre propre ressenti, dans notre capacité de discernement, dans notre naturelle (et impersonnelle) Intelligence. Cette confiance est déjà l'oeuvre de l'intelligence en nous qui se sait être...
Bonjour Ginou,
une ou deux pistes concernant ton questionnement (Tumtum et Aksysmundi ont déjà brillamment "débattu" sur la question. Autant dire que mon intervention est pure vanité...)
A mon sens, il est important de voir en premier lieu que ce questionnement apparaît en toi, et que sa source est également en toi. Bien souvent, la question de l'imperfection du monde n'est que l'expression de notre propre insatisfaction, de notre sentiment d'incomplétude. S'élève alors en nous le sentiment que tout n'est pas si parfait, et que si cela allait mieux là-bas, cela irait mieux ici. Tout ceci n'est que projection, par ailleurs "naturelle". Dans l'éveil à notre ultime réalité (éveil = reconnaissance), notre sentiment fragmentaire d'incomplétude se fond dans l'évidente plénitude de l'éternel instant, en laquelle tout est parfait, tout est perfection; il n'y a plus de problème ici. Et en tant que le Soi, ici et là-bas sont la même chose. En tant que Conscience, nous voyons qu'il n'existe pas d'erreur....Dans cet éveil impersonnel au Soi, il se fait l'évidence que l'univers entier s'éveille en nous, que tout participe à la fête cosmique. La compréhension, ou vision/compréhension/intégration qu'il n'y a personne (tu peux le voir très facilement en répondant à ces questions: qui pense? qui ressent?, etc...), ni éveillé ni ignorant. Tout est tel qu'il doit être, perfection de l'instant.
Ce qui doit être vu également je pense (il s'agit là de mâturité, l'aspect temporel de notre cheminement), c'est que tout questionnement de nature spirituelle est à la fois l'expression de notre désir sacré inhérent à notre condition, l'expression de notre sentiment d'incomplétude (car la question de l'éveil n'a de sens que pour la personne, pour l'ignorant, de même que le désir d'ouverture n'a de sens que pour la fermeture en nous); et en même temps, tout questionnement est la préparation, l'approche graduelle de LA véritable et ultime question: "Qui suis-je" ou "quelle est la nature du "je"? Cette ultime question est l'expression de la Réponse en nous qui pointe...Alors, dans la révélation du Soi, tout se dissout en nous, le sentiment d'un "je" séparé se consume dans la claire vision, dans la Totalité, et le cosmos s'éveille en nous. Tout est Conscience, tout est parfait. Plus aucun "si" ou aucun "mais" ne s'élève plus dans notre plénitude, car les "si" et les "mais" sont l'expression et l'assurance de notre misère...
Amitiés à tous et heureuse fin d'année,
Monko

Écrit par : monko | 31/12/2008

Bonjour Ginou,
Oui, mais cette distinction (virtuel/non-virtuel) paraît un peu catégorique. L'adjectif "virtuel" (dérivé du latin : virtus) veut dire : ce qui est seulement 1/ "en puissance", et 2/ "sans effet réel". C'est encore le concept de "réalité" qui est invoqué là-dedans, soupesé, disséqué... Depuis les Aristotéliciens, on oppose le virtuel à l' actuel ou même aujourd'hui au "réel" sur lequel on ferait bien d'investiguer un peu. La virtualité, c'est l'essence, la "virtus", la "force d'âme"... Si on préjuge que tout ce qui apparaît sur l'écran d'ordinateur, y compris les contacts que l'on peut trouver sur le net : "c'est du virtuel.", on se leurre, on se restreint !... Pour Dan, cette instrumentation moderne se résume à "Big Brother"; c'est un point-de-vue un petit peu catégorique, non ?... La "vraie vie" est une démesure, comme disait Carteret. Heureusement ! C'est en cela qu'elle est poétique. Et elle est en rapport avec l'Esprit tandis que la Présence est en rapport avec l'authentique.
Bonne fin d'année !

Bonjour Monko,
Permets-moi de te dire que la question qui t'a été posée en ces termes : "Es-tu un authentique être réalisé ?" m'apparaît d'une extrême grossièreté; elle dénote tout simplement l'imbécillité du mental qui ne peut se passer d'étiquettes, de définitions, etc... et d'une sécurité conventionnelle qui prête à rire ; elle ne diffère en rien de l'interpellation policière : "Vos papiers !". On ignore totalement ce que l'on est et on cherche à savoir à l'entour, en avant, "à qui on a à faire". Voyez-vous ça !?. Bien sûr, le réponse que tu donnes en situant la vraie question, qui renvoie la question au questionneur, est la bonne. CONFIANCE DANS NOTRE PROPRE RESSENTI, CONFIANCE DANS NOTRE INTUITION. Mais OUI !!!!!!! ... (je vous épargne les jurons que je suis tenté d'ajouter !). Pareille question ne peut être adressée que dans ce que j'appellerais un "état", et pas n'importe lequel : un état d' HALLUCINATION AVANCEE, d'oubli de ce qui se signale en premier, au plus proche en chacun de nous, donné pour notre information. Et plus loin (dans ton commentaire) : "l'univers entier (donc le "tout le monde" dont parlait Ginou, si tu me permets ce rapprochement un peu cavalier) s'éveille en nous". Oh que OUI !!!!!!! - Mais BIEN SUR !!!!!!.
Merci et Bonne fin d'année aussi ! ...ainsi qu'à Axysmundi et aux blogueurs de la Plénitude Céleste !

Écrit par : Tumtum | 31/12/2008

Monko, je suis d'accord avec toi. L'important n'est pas de savoir si telle ou telle personne est réalisée ou pas. Qu'est-ce que cela peut apporter de plus ?! La seule chose qui compte, dans les dialogues que nous pouvons avoir, que ce soit sur le net ou ailleurs, c'est que les paroles soient reçues positivement, qu'elles apportent un bien-être, qu'elles touchent, mais jamais qu'elles agressent ou que celui qui les reçoit se sente méprisé, en infériorité, manipulé.

C'est vrai aussi que dès le départ, tu as exprimé clairement la nécessité d'une rencontre hors du monde virtuel, et je pense aussi que c'est important.

Ce qui se passe par écrans interposés est bien réel. Tu as raison Phil, c'est se restreindre que de penser que les rapports peuvent y être uniquement virtuels dans le sens de "faux". Ce sont des êtres de chair et de sang qui écrivent. Le seul problème (et j'ai eu l'expérience sur les blogs ebay, à plusieurs reprises), c'est qu'on ne sait pas à combien de personnes on s'adresse derrière un même pseudo, ni à qui l'on s'adresse exactement. On peut aussi penser parler à plusieurs personnes alors qu'on parle à la même, qui peut tenir plusieurs discours différents, sous plusieurs noms différents. Ce qui n'est pas faisable dans un face à face "réel". Mais on fini par s'en rendre compte assez vite.

Et une fois de plus, ça n'a pas une grande importance, dans le fond, tant que le discours nous convient. Comme je l'ai dit plus haut, l'essentiel est de trouver les réponses aux questions que l'on se pose, d'aimer les textes que l'on lit. Le reste...

Quant à la position de Dan concernant "inter(pas)net" (pour reprendre son mot), je ne peux qu'être d'accord avec lui, d'un certain côté. C'est vrai que c'est un excellent moyen de "fliquer" les gens, mais ce n'est pas le seul. Il faudrait, si on veut éviter d'être surveillé, vivre totalement coupé de la société, ce qui me paraît impossible. Et puis, pour cette raison doit-on se passer d'internet, qui est un outil merveilleux, grâce auquel on peut trouver une foule d'informations (à trier toutefois !), et qui permet de faire de si belles rencontres ? La preuve : c'est bien grâce à ça que j'ai pu vous rencontrer tous les trois, Phil, Monko, Aksysmundi, mais aussi Gérard (Abelfaygore), Yvou et tant d'autres encore avec qui j'aime discuter, qui m'apportent énormément (à qui j'apporte un peu aussi, je le souhaite) et que j'espère rencontrer un jour dans "la vraie vie" (pour certains c'est déjà fait, ce sont des moments inoubliables !).

Monko, je te remercie pour la réponse que tu as faite à la question que j'avais posée hier. C'est vrai que Phil et Aksysmundi y avaient déjà répondu, mais il n'y a rien de vaniteux de ta part à être venu "rajouter ton grain de sel", bien au contraire. Cette question s'adressait à vous trois, et j'espérais avoir aussi ton point de vue. Chacune de vos réponses complète à merveille celles des autres. Et toutes trois, en plus de m'apporter un éclaircissement, sont tellement pleines de poésie ! Quel bonheur de vous lire !

Merci messieurs ! Bonne fin d'année à vous trois. Je vous embrasse et vous dis... à l'année prochaine...

Ginou

PS : Phil, merci de nous avoir épargné les jurons que tu avais en réserve pour le questionneur imbécile de Monko. Les jurons, non, pas en période de fête ! ;o)

Écrit par : Ginou | 31/12/2008

Oh joie de vous retrouver içi !
Moins j' en sais plus j' en sais. La pleine lune m' est témoins vous écrivant cela. La lune me le dit vous êtes l' étoile polaire de mon firmament. Il est bon de vous lire, il est bon d' être un avec vous. Biensûr la bénédiction de la présence arrivera en temps voulu.
OUI....
Marie.

Écrit par : marie baker | 02/12/2009

C'est toujours un réel bonheur pour moi de te lire, Marie !
Bises et à une autre fois, ici ou là...
Ginou

Écrit par : Ginou | 03/12/2009

Moi aussi j' ai plaisir à te lire Ginnou !
Quelle chance nous avons de pouvoir échanger içi ou ailleur. Ces rencontres sur la voie, lumineuses et sensibles sont miraculeuses et stimulentes.
Je t' embrasse. Marie.

Écrit par : marie baker | 03/12/2009

Oh oui, Marie, il y a des rencontres miraculeuses sur le net (le mot n'est pas trop fort) ! Et quand elles se concrétisent dans la vie réelle, on prend vraiment conscience que le Merveilleux existe.
Je t'embrasse aussi,
Ginou

Écrit par : Ginou | 03/12/2009

Toute ces découvertes, ces rencontres, s'effectuent en soi-même. Elles sont le jeu du Soi. c'est ce qui se découvre à l'arrière-plan de la découverte, de la rencontre. La vigilance qui nous incombe consiste à ne pas s'emparer du miracle, d'une façon ou d'une autre, en cherchant à le "concrétiser", ou en projetant la Présence dans un futur, car cela veut dire: s'en séparer, se leurrer soi-même, immiscer une image, une tricherie, qui prétendrait en tirer profit d'une manière autonome, en fait: une trahison du réel JE SUIS. Car en lui, il n'y a pas de réalités séparées. Tout est à sa place à fin de Connaissance .
La psyché-reflet n'est là que pour révéler cette reliance, nous conduire à l'abandon à cette plénitude de l'Un sans second, à cette Imagination première se déployant dans la multiplicité apparente, et non à l'imaginer selon nos vues, nos désirs, en tentant de construire quoi que ce soit à partir de fantasmes de projections personnelles. L'internet n'y est pour rien; rencontres et découvertes auraient pu tout aussi bien se manifester par un autre moyen. Ce n'est que le mental qui se sidère à la chose !. Il n'est nulle nécessité de flatter la technologie moderne des ustensiles de communications. Cette reliance existe partout, à tout instant; c'est du coeur de soi-même qu'elle émane. L'attachement n'est créé que par le mental dans son ignorance, son impression de manque, nostalgie de cet arrière-plan duquel il se sépare. Laissons-nous voir à partir de l'Ouverture que nous sommes, et la Présence silencieuse s'actualisera immédiatement dans nos vies. Plus rien à attendre, à espérer, terminé avec ce petit moteur qui ne sert qu'à substituer du rêve de série B au grand Songe universel qui le précède, dans lequel rien ne manque, rien ne fait défaut. Cessons de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas.

Écrit par : Phil | 04/12/2009

Bonjour Phil,

J'avoue ne pas comprendre le sens de ce que tu as voulu dire, ou plutôt, je ne vois pas, malgré tes explications, où est le problème que tu sembles soulever dans le fait de "s'emparer du miracle… en cherchant à le concrétiser" (pour reprendre tes termes) à travers des rencontres dans le réel. Je ne vois pas en quoi ce serait trahir le JE SUIS, en quoi ce serait une tricherie, un leurre envers soi-même, une prétention à "tirer profit d'une manière autonome", que d'avoir envie de rencontrer les personnes que l'on apprécie ?... La plupart des Sages aussi ont une vie de famille avec leur conjoint, leurs enfants, ils ont des amis, ce sont donc pour eux des personnes qu'ils estiment plus que d'autres, et ça ne fait pas d'eux des "traîtres" au JE SUIS… Ne peut-on pas avoir des préférences ?...

Au sujet du net, il ne s'agit pas de le "flatter", mais simplement de constater que par ce biais AUSSI il est possible de faire de belles rencontres ; et en ce qui nous concerne : toi, Marie, Monko, moi, et d'autres, il aurait été difficile de nous rencontrer autrement. Mais la façon dont nous nous sommes connus n'a pas d'importance, l'essentiel est que nous puissions dialoguer grâce à lui et, sans être "sidérée" par internet, je lui dis un grand merci !

Je t'embrasse, ainsi que Marie et tous ceux qui me liront,

Ginou

Écrit par : Ginou | 04/12/2009

Bonjour les amis,
En parlant de la bénédiction de la présence qui viendra en temps voulu, je faisais allusion à ce qu' a répondu Monko à Yves, je crois, sur le fait que la rencontre du maitre, guru, ce que vous voudrez à moment donné se fait désirée car l' échange écrit n' est plus stimulant, c' est ce que j' ai compris de ce qu' a dit Monko, pour résumer beaucoup. Mais oui, particulariser ou distinguer le véhicule qui actualise ces échanges c' est en quelque sorte s' arrêter au doigt qui désigne la lune. Il y a une jubilation dans ces échanges et c' est ce dont Ginou et moi avons témoigner. Mais tu as raison Phil la reliance est à tout instant et elle n' a besoin de rien et elle est possible de multiples façons, même sur Internet. En fait ce que tu nous dis dans ce commentaire, Phil, c' est l' indépendance totale, la liberté suprême du Soi. Ainsi soit-il ! Finalement en vous relisant, on est d' accord.
Bise, bise, bise,bise, bise........
Marie.

Écrit par : marie baker | 04/12/2009

C’est certainement le verbe « concrétiser » qui a soulevé en moi cette réponse ; car tout se concrétise en permanence, sous nos yeux, de manière juste, adaptée, seulement nous ne le voyons pas ; nous en voulons toujours « plus », « autrement », à partir de rêvasseries. Et d’ordinaire, on emploie ce verbe-là lorsqu’il y a un but, une intention, lorsqu’on forme un projet.
L’attirance ou l’envie de rencontrer « une personne » provient de la personne, d’une imagerie, dans laquelle le mental anticipe, projette plus ou moins. En réalité tout cela est en propre le jeu du Soi, et tôt ou tard cela s’apercevra. Il n’y a personne d’autre que le Soi dans le jeu. S’attacher à une personne, c’est s’inventer une histoire. A partir du moment où il y a cette sélection de personnes à travers les personnes que l’on rencontre, cette préférence, l’attention n’est plus intègre ; elle devient sélective, partielle et partiale, récupérée par un « moi » qui s’interpose, qui préfère, qui attribue une valeur prédominante à cette préférence, et s’attribue par la même occasion la valeur de cette distinction, dans la mondanité ou il s’imagine être alors que le monde est en soi, et nous entrons là dans une histoire, dans la dimension de la fausse concrétude qui est celle de l’identification, de l’implication personnelle, avec tous les risques que cela comporte, idolâtrie, fanatisme, parti pris, idéalisme et déceptions… c’est là où je dis qu’on se leurre. C’est une naïveté, une croyance, et la vie nous le fait savoir, assurément. Projetant dans le monde des apparences ce qui ne peut s’objectiver, en s’attachant à ces projections que je crois réelles, « concrètes », identifiées en tant qu’objets, on va s’imaginer pouvoir en disposer, les posséder, qui « on » ? …ce petit « moi » qui se croit habile, rusé, sachant y faire, et c’est là toute l’illusion.
La rencontre du Guru n’est jamais celle d’une personne, c’est bien plus que cela. C’est la rencontre avec l’impersonnel, en soi, notre vraie nature. Le seul Guru qui puisse exister est en nous. Il n’existe aucun « guru » extérieur au Soi. C’est le mental qui fait du personnalisme. La rencontre n’est pas « mondaine » ; elle n’a pas lieu dans cette surface (cette superficialité) où le mental croit pouvoir se permettre d’apprécier à sa guise, de choisir, de juger des apparences, se faire une opinion, etc... Tout ça est complètement balayé, consumé d’un seul regard, intérieur.
On ne peut s’attarder à discuter à propos de personnalités spirituelles en se référant à leurs vies privées ; c’est du « France-Dimanche » !…Ce n’est pas là que ça se passe !. Malheureusement, les médias nous inculquent ces façons de voir. Il y a des gens qui sont des abonnés à tous ces entretiens et séminaires de spiritualité, et qui n’en démordent pas, et cela se tient chez eux à ces impressions superficielles, à grande distance, à ce besoin de compensation …Ils n’écoutent pas vraiment ; ils ne sont pas touchés intérieurement, traversés en humilité et en gloire. Ils y vont et ils en reviennent , et y reviennent indéfiniment, entretenant les vieilles habitudes mentales, comme si un « train-train » pouvait exister !. Ils font une cause, une mode, ils cherchent continuellement à objectiver le non-objectivable, n’en réalisant pas l’immanence, l’ultime réalité. Mais peu importe ; ça aussi c’est du « France-Dimanche ».

Écrit par : Phil | 04/12/2009

Oh phil comme tu y vas ! Quel détécteur de mensonges tu es !
Ginou doit bouillir, ( peut-être pas d' ailleurs, j'me fais du cinoche ! )
Pour ma part j' entends la voix de la conscience pure incoruptible. Ta réponse me fait jubilée, mais quoi donc le Soi ne dépend de RIEN pour être ? !!! Et c' est cela, cette liberté à laquelle me renvoie ce texte et la joie aussi, qui est merveilleux. Là, tout de suite, en l' instant immaculé, tu es, sans le fatras historique du mental personnel. Sans l' idolatrie mensongère du Guru incarné récupérer par l' esprit de compensation. ( Et oui ça peu arriver.)
En amitié à vous.
Marie.

Écrit par : marie baker | 05/12/2009

Non Marie, je ne boue pas, et il n'y avait aucun mensonge à détecter. Une incompréhension peut-être, de part et d'autre... Pour moi, "concrétiser" veut juste dire "rendre concret", rendre concrète une rencontre faite dans le virtuel qui permet de confirmer ou d'infirmer la sympathie qu'on peut avoir pour telle ou telle personne. Voilà tout. La plupart des rencontres que j'ai pu faire sur le net et qui ont été "concrétisées" dans le "réel" sont devenues de belles histoires d'amitié, d'autres se sont soldées par des échecs retentissants. C'est le jeu de la Vie.
Bises !
Ginou

Écrit par : Ginou | 05/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu