Avertir le modérateur

27/07/2009

CE QUI SE VOIT

Ce qui se voit, ce qui se présente
N’a pas à être pensé
mais accueilli ;
C’est de l’information directe.
Laisse-toi voir par ce que tu vois
Plutôt que de tenter de le regarder.
Ce qui ne se voit pas peut laisser à penser.
Ce qui ne se voit pas se donne à voir selon son seul gré.
Ce qui ne peut se voir ne se laisse pas penser.
L’invisible, bouquet d’intelligibles, traverse le jour.
Il sait que dans le visible, tous les mirages ont cours.
Ne pas savoir, se détourner de ce qui se voit est
ignorer.
C’est penser, croire, projeter, décrire, re-présenter
cette ignorance.
Ce qui est par ailleurs : informer ce qui voit
de notre distraction,
sans en avoir conscience.
Ce qui voit ne peut se voir
ni se penser.
Cela ne peut que se savoir (mais non s’expliquer).
Y croire ou non
ne fait que refléter notre ignorance.
Ignorer c’est : distrait par la pensée,
manquer de voir,
ou : ignorer sciemment par préjugé ou peur de voir.
Ce qui se présente, c’est toujours au présent, maintenant.
Etre distrait, c’est s’attarder.
Préjuger, c’est devancer.
C’est (se) fuir dans l’erreur en avant.
Ce qui se prête à voir témoigne, informe, renseigne, expose,
et doit se laisser mûrir pour être vu dans toute son éclosion,
bien que dans cette instantanéité puisse s’apercevoir
ce qui doit être vu.
Voir, il n’y a que toi qui le puisse ;
Nul ne le peut à ta place.
Quand on dit « je vais voir », ça veut dire : « laissez-moi (y) penser » ;
C’est un ajournement.
Chercher à voir en est un aussi, car c’est une pensée.
Tout ce qui doit être vu est visible.
Il y a ce qui se voit immédiatement (sans besoin d’y penser)
Et il y a ce qui se pense dans le temps et la psyché.
On dit : « qui vivra verra » mais
Qui vit voit
ce qu’il (y) a à voir,
Et qui a vécu a vu, sûrement,
mais c’est maintenant que l’on vit
et que l’on voit.
Voir invite à vivre
ce qui se voit
à l’intégrer dans sa vision,
dans  son espace corporel,
où nul abri ne saurait faire limite,
(on n’est jamais abrité par ce que l’on abrite)
dans son espace d’esprit
(les deux n’en font qu’un).

Pensée : « et si le non-vu se vivant s’était donné ainsi à se laisser voir  à travers ce qui se voit ? »
Vision : - « pensée ! »
Pensée : - « et si le non-vu se vivant s’était offert ainsi à se voir ? »
Vision : - « pensée ! »
Pensée : - « et s’il n’y a plus personne pour voir ? »
Vision : - « vision ! »
Pensée : - « comment ça : vision ? …sans voyant ?! »
Vision : - «  sans explication, sans justification, pure perception »
Pensée :- « mais il doit bien exister un sujet qui percoit  ? »
Vision : - « le voyez-vous ? »
Pensée : - « il ne peut se concevoir que comme  pure subjectivité »
Vision : - « concept ! »
Pensée : - « mais en-deça de tout concept, au moins : présence ! »
Vision : - « perception de présence, mais  perception pensée, élaborée ! »
Pensée : - « alors antérieur à la perception ? »
Vision : - « n’essayez pas d’y penser !  soyez-le !»
Pensée : - « mais c’est pourtant ce qui se voit, c’est l’évidence même ; ce qui saute aux yeux ! l’impensable !  c’est bien cela qui se révèle lorsque je m’absente !… »
Vision : - « Vous n’étiez pas convoquée. Ceci dit, ces mots n’expriment aucune révocation »
Pensée : - « Ça change tout !…et rien ne change !…et ces deux aperçus s’entendent à merveille !. Tout ce que nous imaginions : soufflé en un instant !… »
Vision : - « vous (y) êtes ! »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu