Avertir le modérateur

28/09/2009

CONFUSION, IMAGERIE, ET CROYANCES

Confondre indifférence et équanimité, c'est suspecter très facilement autrui d'être un salaud, peut-être  parce ce germe s'est incrusté quelque part en nous-même. Rendez-vous compte : « germe de salaud » inoculé en moi, sans que m'en aperçoive,  prêt à l'emploi !...

Et  comment ça arrive ?... Rejet,  ressentiment, refus, non-accueil  des perceptions. Voilà tout !. Il suffit de s'en apercevoir. Lorsque je laisse mon esprit fomenter de semblables suspicions, lorsque je juge : j'hallucine !. Halluciner, c'est trafiquer la lumière, la falsifier dans une indigente rêvasserie,  plaquer sur elle une interprétation , à ma charge, s'appuyant souvent traîtreusement  sur des généralités  de seconde main, ce qui permet - ah ! « la belle affaire » ! - de noyer ma responsabilité. C'est méconnaître  l'intelligence d'une vision sans pensée. Il est grand temps de s'éveiller !...

L'indifférence, aucun doute là-dessus, c'est une fuite, un isolement « bien pratique » lorsque ce qui se présente  « ne me convient pas ». On s'enferme, on se calfeutre... On n'en est pas quitte pour autant !. Au contraire,  les ennuis ne font que commencer !.

La seule issue, la seule vraie,  car bien entendu la précédente  ne vaut pas un pet de lapin, c'est l'écoute attentive  du corps, l'investigation, voir où peut bien se nicher cette  résistance,  cette  irritation  qui refuse, qui ne veut rien  savoir , rien entendre, et lui faire face, l'observer, l'objectiver . T'es repérée ma vieille !... Il suffit de l'éclairer. Une fois le faisceau braqué sur elle,  ça ne peut plus fonctionner comme avant.  Le mécanisme est éventé.

Ne pas s'impliquer, s'investir, se projeter,  ne signifie pas forcément : passivité, laxisme, dérobade... On peut se tromper gravement  là-dessus !. On peut, sans s'en apercevoir,  passer dans le camp de « ceux que l'on abhorre » et consentir par distraction à une manipulation.

Il s'agit simplement d'être accueil ,  accueil des énergies ; et cela ne peut s'effectuer correctement  et naturellement que lorsque toute l'imagerie mentale,  de « moi »,  des « autres »,  de la situation rencontrée , est absente. Cette  imagerie  N'A PAS SA PLACE. Elle survient toujours en imposture. Y céder,  par distraction,  est engendrer la confusion. Il faut comprendre qu'A TOUT INSTANT - et c'est bien là que ça se joue ! - une autre qualité de vécu se cherche,  appelle à se révéler,  libre de ce fatras d'images, de toute cette psychologie ordurière qui s'alimente des tensions, des dépendances,  de la peur, et qui ne débouche que sur la guerre.

Lorsque vous voyez clairement  ce mécanisme en passe de se profiler - et il s'agit d'être rapide comme l'éclair,  VIGILANT -  vous n'hésitez plus un seul dizième de seconde à le flanquer par-dessus bord. VLAN ! Je ne suis pas cela !. L'Ouverture que nous sommes,  dans la première instance de sa pure eccéité,  indivise,  ne supporte guère le  négoce,  le démarchage,  aucun représentant , aucun agent,  aucune doublure, ressemblance,  similitude...

Y'a du boulot !... De ce côté-là,  le chômage viendrait  plutôt de la démission de soi-même, de l'oubli, quand on se ment,  qu'on se croit acteur dans un film bien contrôlé produit par la pensée,  décoré d'enjolivures comme ces beaux slogans pétris de moralité,  ces modes personnalistes, tous ces simulacres de spiritualité,  produits  de la représentation  mentale .

Il existe une multitude de gens qui, terrorisés par les médias, n'aborde la question spirituelle qu'à travers cette  oppression véhiculée  par la peur des sectes !... En fait, ils ne l'abordent pas ; ils la nient ; il ne songent qu'à l'éviter parce qu'ils se croient vulnérables , incapables de discerner en eux-mêmes une spiritualité authentique  d'une « arnaque». Croyances inculquées qu'ils préfèrent vénérer  aveuglément  plutôt que d'expérimenter par eux-mêmes . Ces croyances inculquées  sont manifestement exploitées par une idéologie marchande ;  détournement  des consciences  à bon compte  de ce qui apparaît  comme « ingérable,  inexploitable »,  etc... Il en va ainsi de l'art, de la culture, de la poétique du Vivant.

Mais le champ d'expérience de la spiritualité est partout . Il n'est besoin de fabriquer un contexte . Il ne dépend pas d'une idéologie. Son seul souci est celui  de la Conscience,  de l'Eveil à notre propre silence intérieur. Lorsque ce silence, dont une majorité  habituée à compenser  continuellement, à fuir, avoue qu'elle a peur, se reconnaît en nous, dans notre véritable nature,  source d'amour et de lumière,  il est un merveilleux  ami, un rayonnement sans fin.

Tumtum.  28 septembre 2009

Commentaires

Un GRAND MERCI pour ce texte que je viens de lire deux fois, Phil ! Encore un très beau texte "claque" qui devrait réveiller les consciences de ceux qui le liront vraiment. Et un texte qui me rappelle, par sa forme, le langage de Steve Jourdain.

Oui, on ne peut pas laisser s'installer la confusion entre équanimité et indifférence. La seconde pourrit le monde et les relations humaines, alors que la première est ce qui peut tout résoudre, tout sauver. Il faudrait que ce soit bien clair pour tous, et qu'on sache déceler l'attitude du sage qui, contrairement à "l'endormi", aime, accueille, sans jugement, sans rejet. Sa non-réaction n'est rien d'autre qu'une preuve d'amour. Rien à voir avec le je-m'en-foutisme !

(Merci aussi pour la leçon de vocabulaire, j'ai appris deux mots aujourd'hui : équanimité et eccéité).

Bisous !

A bientôt,

Ginou

Écrit par : Ginou | 28/09/2009

Il est difficile de ne pas souffrir de la manipulation ou du rejet de l'autre...
Seule notre Lumière intérieure, notre "équanimité" et notre intégrité nous en protège... (mais j'interprète mal tes propos?...)
Merci
Ondine

Écrit par : ondine | 28/09/2009

Bonjour Ondine,

Non, tu n'interprètes pas mal mes propos, bien au contraire : ta réponse ("Seule la Lumière...") en est un écho.
Quant au début, qui amène la question de la souffrance, il me rappelle ce que disait Krishnamurti à propos de la souffrance, qui est "une formidable source d'énergie", quand on la vit en l'acceptant totalement, au niveau de la sensation, sans y mettre d'interférence psychologique, parce qu'on en sort, elle devient "Passion". d'abord il y a lieu de constater: "cela souffre en moi". L'attention elle-même est libre de la solitude et de la souffrance qui ne se réfèrent qu'à un personnage mais non à la Conscience qui le contient. La souffrance vient de la croyance que notre être se limite à ce qui n'est que son expression dans l'espace-temps.
Je viens d'effectuer une petite recherche pour retrouver ces paroles admirables de Krishnamurti à propos de la souffrance, que j'avais notées quelque part sur un papier que je viens de retrouver. En voici quelques passages:

"Nous passons tous par différentes formes de souffrance. Peut-on examiner la souffrance telle qu'elle est exactement en nous, et non la fuir ?...L'écouter. Peut-on la regarder comme on regarde un enfant, un bel enfant ?...Vous verrez qu'il y a une fin à la souffrance, et il y a alors: la passion, que bien peu possèdent, parce que nous sommes tellement consumés dans notre propre affliction, dans notre propre douleur, pitié, vanité, et tout le reste.
Toute notre énergie se dissipe dans les conflits, dans la peur, dans les bavardages sans fin, et la passion a énormément d'énergie. Elle est là comme un feu qui brûle. Elle ne vient que quand la souffrance a pris fin.
Dans la souffrance, quand vous êtes préoccupé par elle, il ne peut y avoir de place pour l'amour. Apprendre est un processus infini, observer, sans aucune déformation, voir les choses telles qu'elles sont, entendre exactement ce que dit l'autre sans la moindre interprétation. En apprenant ce qu'est le désordre en nous-même, l'ordre survient, naturellement. Cela débouche sur une moralité complète et non pas imposée.
L'amour n'est pas le plaisir, ni le désir, ni la pensée, ni le pouvoir, l'ambition, l'arrogance...Tout cela est enfantin!... L'amour ne peut être invité ou cultivé. Il vient naturellement, facilement, quand tout ce qu'il n'est pas n'est pas là. Là où il est, il y a la compatissance qui comporte sa propre intelligence, qui n'a rien à voir avec l'intelligence rusée, calculatrice.
Quand on voit tout ça, il n'y a pas de conscience particulière. Une dimension totalement autre vient nous habiter".

Je t'embrasse,
Phil

Écrit par : Phil | 29/09/2009

Bonjour Phil, bonjour Ondine,

Krishnamurti dit : "Dans la souffrance, quand vous êtes préoccupé par elle, il ne peut y avoir de place pour l'amour". J'aimerais rajouter ceci : plus nous sommes préoccupés par la souffrance, plus elle est intense, et il n'y a plus de place, non pas seulement pour l'amour, mais pour rien du tout. Nous nous enfermons en elle, en nous-même, nous nous fermons à tout et à toute possibilité d'en sortir. Car il faut bien prendre conscience que ce ne sont pas "les autres", ni les évènements de l'existence qui nous font souffrir, mais uniquement nous. Une fois que nous avons compris ça, la souffrance disparaît, et c'est immédiat ! Il suffit aussi de voir le mécanisme dès qu'il se remet en route – parce qu'il tente toujours de revenir à la charge !- pour le démonter et pour ne plus souffrir, ou seulement de façon passagère. Ce n'est pas plus compliqué que ça !

Gros bisous à vous deux !

Ginou

Écrit par : Ginou | 29/09/2009

Cher Phil et Ginou,

La parole de Krishnamurti est pleine de compassion et de vérité... Elle me parle (aussi car elle est plus "simple" d'expression)...
Merci à vous pour votre aide précieuse...

Je vous embrasse
Ondine

Écrit par : ondine | 29/09/2009

Réponse au commentaire de Ginou:

Le nom de Krishnamurti fait fuir certains qui l'associent à une secte...Mais je viens de me procurer son livre "Cette lumière en nous", qui je suis sûre est plein d'enseignement...
Il n'y a pas de moquerie dans mes propos (contrairement à certain qui "se marre")...
Chacun est libre de chercher sa vérité, du moment qu'on n'agresse personne...Ce qui me dérange, c'est l'ambiance polémique sur mon blog...

Amicalement
Ondine

Écrit par : ondine | 30/09/2009

Réponse au commentaire de Ginou:

Le nom de Krishnamurti fait fuir certains qui l'associent à une secte...Mais je viens de me procurer son livre "Cette lumière en nous", qui je suis sûre est plein d'enseignement...
Il n'y a pas de moquerie dans mes propos (contrairement à certain qui "se marre")...
Chacun est libre de chercher sa vérité, du moment qu'on n'agresse personne...Ce qui me dérange, c'est l'ambiance polémique sur mon blog...

Amicalement
Ondine

Écrit par : ondine | 30/09/2009

Bonjour ici Ondine,

Je viens de répondre chez toi, mais comme je vois ton commentaire ici, j'y mets également ma réponse :

"Je me permets d'intervenir une dernière fois sur ton blog, uniquement pour te répondre, Ondine. Il est compréhensible que la polémique te dérange, ton blog n'est pas un lieu de guerre, aussi mieux vaut en rester là. Mais le dialogue est toujours ouvert. Je ne saurais sans doute pas parler de spiritualité comme d'autres pourraient le faire, tout ceci est bien trop nouveau pour moi, toutefois, si des questions se posent à toi, tu peux aller sur le blog de Monko ("propos sur la non-dualité" sur canalblog), mais aussi sur le Tumtumblog. Phil ne te fermera très certainement pas la porte. Et puis il existe deux forums sur lesquels tu peux t'inscrire, si tu souhaites t'adresser à Jean-Marc Mantel, dont un qui me revient en mémoire : Altersante.info (en tapant le nom de Jean-Marc sur ton moteur de recherche, tu trouveras l'autre sans difficulté).
Je souhaite que la lecture de Krishnamurti te soit bénéfique !
Bien amicalement, et peut-être à une autre fois, ailleurs…
Ginou"

Écrit par : Ginou | 30/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu