Avertir le modérateur

01/10/2009

ERREURS INSTRUCTIVES & DELIVRANCE D'AMOUR

Si vis-à-vis de l'éducation  (favoriser l'éveil des potentialités intérieures), l'enseignement (inculquer péremptoirement des notions extérieures) est une erreur, l' ERREUR, d'une façon plus ordinaire, est INSTRUCTIVE. L'acceptation de l'erreur (très peu en vigueur dans la façon de voir les choses la plus courante)  participe de l'unicité, conjoignant en nous d'une façon organique intelligente et éclairante, les deux notions apparemment contradictoires d' éducation et d'enseignement.

L'erreur est inattention, engagement illusoire dans ce qui n' EST PAS. C'est le "matériau" même de la Connaissance. Tant qu'on se prend pour « quelqu'un », le penseur, l'acteur, le contributeur, on se trompe ; et la projection en miroir nous renvoie l'image de cette usurpation. Nul n'est à l'abri de l'erreur (« L'erreur est humaine »). La prise en note de tous ces faux-pas amène naturellement à l'élimination de tout ce qui n' EST PAS. L'expérience de l'erreur est ainsi EDUCATIVE. Il y a dans le Yi-King une très belle formule à la fin de chaque sentence qui laisserait supposer une situation répréhensible : « Il n'y a pas de blâme ». Réprimer, punir, humilier, culpabiliser, sont des réactions stupides qui n'expriment que le rejet, la peur de ce qui se trouve immédiatement jugé insupportable, intolérable. Tout ce que nous faisons, c'est qu'au lieu de voir ce qui est, nous justifions par réflexe un état fictif, une croyance. Il faut savoir se remettre en cause. Le présent se renouvelle en permanence, changeant la donne, ne retenant pas tout ce qui se fige en états. L'intelligence de la vie existe !.

Je n'oublie pas que l'inauguration de ce blog s'est soldée par une erreur. J'avais présenté ce blog comme un blog "pas ordinaire" (j'ai travaillé  dans la pub, ayant été formé à créer des slogans, et cet  automatisme résiduel  m'a sans doute joué un tour !), et il y a eu tout de suite une réaction, une remarque de la part d'une interlocutrice répondant sous le pseudo de "Chat Perché" (pas un hasard ! - un chat perché est en position d'altitude, de surveillance du champ environnant). Réaction qui a donné lieu à une réflexion, une expertise. Il se peut que dans l'esprit de cette dame, le sens de son pseudo n'ait pas eu en vue le symbolisme spirituel que je lui accordai,  mais ça sonnait juste !. Et je me suis trouvé comme Oedipe devant le Sphinx. Il s'agissait de présenter mon blog d'une  manière plus convenable,  plus appropriée.  Alors est apparu soudain l'adjectif : "révélateur". Le  « TumtumBlog » naissant proposait de devenir le reflet d'une REVELATION, ouverte à toutes les instances  de l' "ordinaire", en fait : de la condition humaine que nous partageons. Proposition accordée. Oh ! ne vous méprenez pas : révélation portée par l'intuition féconde d'une expérience vivante,  révolutionnaire  en essence, d'une prise de conscience,  faisant communiquer amour et connaissance,  révélation/révolution  intérieure révélant : L'UN SOUS LE MULTIPLE. Révélation  d'une réalité organique ignorée mais tangible, concrète,  seulement masquée par l'ignorance. Dimension incréée volatilisant les dimensions, les mesures de la pensée, dimension vivante  néanmoins :  ici, maintenant,  et qui plus est : attestée  depuis l'aube des temps par des témoignages.

L'examen attentif du champ du perçu, se manifestant « au dehors » et « au-dedans » de nous-même (images, gestes, résonnance...) - en réalité, dans la Conscience, cette séparation n'existe pas -  permet d'être informé très exactement sur l'authenticité, la qualité de ce qui se donne en expression. Qui voit tout cela ? C'est la Conscience elle-même, qui invite et nous incite constamment à affiner l'attention, à éclairer, et finalement à éclore, à se révéler en nous-même. On ne peut en prendre à son aise, négocier avec soi-même, s'autoriser la moindre incartade par rapport à cette injonction. C'est une question de vigilance de tout instant. C'est le jeu mis en scène par la Conscience. On n'y échappe pas ; la tricherie si minime soit-elle, par omission ou désinvolture, provoque automatiquement la sanction. Mais ce qui est merveilleux avec  la Conscience, c'est qu'elle accepte l'erreur et redonne toujours une chance. C'est une façon de parler car en réalité elle est libre de toute mémoire, de toute comptabilité ; inconditionnée, elle se tient derrière cette mascarade faite d'ignorance. Les expressions, les images, ne sont pas la lumière qui leur donne vie. La remise en cause de la nature de ce qui voit, de ce qui perçoit éveille le sens d'une Présence-conscience  antérieure à toute forme d'existence, d'expérience transitoire,  à l'arrière-plan de tout changement. Une fois que ceci a bien été  intégré, toutes ces tracasseries  qui « collaient au fond de la casserole » n'apparaissent plus que comme anecdotiques et disparaissent. Ce que nous sommes fondamentalement, se sait ETRE,  à l'origine de toute chose, sans forme, invisible, hors de la pensée, en deça du spectacle de la création.  Rien n'est une chose ; il n'y a que la Vie qui est l'Esprit et Cela étant, je suis « créateur-créé ».

Maintenant,  il se fait cette constatation, que malgré « l'ère de la communication »,  il y a peu de dispositions réellement ouvertes à la communication,  à la mise en jeu,  à la confrontation, à la mise en fusion dans une perspective  de Connaissance susceptible de mettre fin aux illusions qui font prendre pour réel ce qui ne l'est pas. Il n'est pas question de mettre en forme l'expérience spirituelle, d'organiser quoi que ce soit ; il n'y a pas besoin d'idées justes ; il n'y en a pas. L'obsession de la manipulation est devenue  obnubilation. On voit sévir la crainte des "polémiques", la frigidité de nos représentations  bunkerisées, qui ont perdu toute disponibilité à approcher  l'Ouverture,  et à se prêter à l'aspect LUDIQUE de l'esprit, de l'esprit d'enfance, capable de s'émerveiller. Quand on s'émerveille,  il peut arriver qu'on tienne des propos "illuminés" ; on peut se sentir infiniment heureux de vivre,  joyeux, transporté par un enthousiasme,  par cette gratuité,  la poésie pure, la beauté,  la dignité de toute vie ; c'est une délivrance  d'amour. On n'est pas enfermé dans des compartiments solides, dans ces catalogues d'images réductrices, paralysantes. On n'a pas besoin de ces fabrications, de cette bondieuserie du stress, de ces constipations conceptuelles,  de ces camps de travaux forcés.

On peut se rencontrer dans cette lumière originelle de laquelle il nous reste une saveur chaque matin en nous réveillant,  et plus souvent si nous l'épousons. On peut célébrer  ce Miracle. On peut déjouer  la mystification qui le nie, rendre grâce, oui, nous libérer de la structure mortifère, ou plutôt de cet imposture qui l'habite. Vous savez : prendre conscience, ça peut amener très loin : au plus proche, à la concrétude sacrée, à l'Impensable, à la Présence, partout, en tout.

Phil . 1er octobre 2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu