Avertir le modérateur

06/02/2010

QU'EST-CE QUI SAIT EN MOI ?

Laissons parler le philosophe Michel HENRY (« Auto-donation – Entretiens et conférences – Ed. Beauchesne. 2004) :

« Ce savoir provient de l’auto-révélation de ma subjectivité, de ma propre vie, et par là de Dieu, car cette auto-révélation n’est possible que dans l’auto-révélation de Dieu qui me révèle à moi-même. A tout moment, il y a forcément un procès d’auto-donation qui est celui de la Vie absolue. Il est impossible de faire quelque chose sans avoir quelqu’un qui est, comme dirait Augustin, plus intérieur à vous que vous-même. (…) Ce qui voit ainsi en moi, ce n’est pas la « cogitatio » de Descartes qui se rapporte intérieurement à elle-même sans distance, sans moi possible, sans monde possible. L’œil qui voit en moi est la Vie absolue : la vie dans le vivant. Elle sait par auto-révélation. C’est un procès extraordinaire, parce qu’en injectant la Vie absolue dans ce monde extérieur, objectiviste, positiviste, complétement absurde et superficiel qui est le nôtre, le Christianisme apporte un tel démenti qu’il ne s’agit pas seulement de vérités lointaines, mais de phénoménologie radicale, de phénoménologie pure. (…) La démocratie est un régime qui est nécessaire dans des sociétés dites pluriculturelles, mais le principe démocratique ne peut pas instituer les droits de l’homme. La Constitution de la France, par exemple, est précédée d’une Déclaration des droits de l’homme. Du point de vue politique, le principe démocratique est le principe majoritaire. Il est cependant absolument impossible de fonder une valeur, comme telle indestructible, par un vote. C’est une absurdité. La déclaration qui précède la Constituton de 1791 énonce que « les hommes naissent libres et égaux ». Elle ne dit pas « nous votons que les hommes sont libres et égaux ». La théorie politique doit par conséquent admettre un « avant-soi »  qui est absolument fondamental. L’avant-soi de la théorie politique ce sont des valeurs que l’on peut qualifier de métaphysiques ou de religieuses. (…) La seule fondation de l’égalité que je connaisse doit être qualifiée de métaphysique ou de religieuse. Elle consiste à dire : « l’homme est fils de Dieu », ce qui implique, de fait, que tous les hommes sont égaux. Il n’y a pas d’autre fondation que celle-là Il ne faut donc pas dire hâtivement qu’il existe, au delà des contenus religieux, un horizon démocratique plus vaste, qui embrasserait le monde entier. Le principe démocratique ne fonde aucune valeur, il les présuppose, ce qui limite terriblement sa portée. Dès lors, un principe politique ne peut fonder une valeur absolue puisque ce qu’a exprimé un vote, un autre pourra le défaire. On peut par exemple, par un vote majoritaire, décider « démocratiquement » de liquider une ethnie voisine ou une catégorie de gens. Tous les régimes totalitaires peuvent parfaitement trouver une assise démocratique. (…) Si dans les années qui ont précédé la guerre, il y avait eu un référendum en Allemagne sur la légitimité du régime hitlérien, il y aurait eu une énorme majorité pour le plébisciter. Si, sous le régime de Staline, il y avait eu un référendum démocratique, sans trucages, pendant, avant et après la guerre, il y aurait eu également une formidable majorité pour lui. Par conséquent, ce n’est pas la majorité qui peut fonder ou défendre des valeurs. (…) Seules des valeurs différentes peuvent rendre ce monde vivable et elles supposent soit une métaphysique, soit des croyances d’un autre ordre ».

Michel HENRY

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu