Avertir le modérateur

20/07/2010

« Utopies des 60's/70's aux lendemains désenchantés »

Expression diffusée récemment par une chaîne de télévision pourtant considérée comme plus "culturelle" que les autres.

Entreprise qui sent la manipulation.

Entreprise obscurantiste à laquelle prête main, avec indifférence, un journaliste "de rock et folk " qui porte bien son nom; et les téléspectateurs ne gobent de cette programmation tendancieuse que ce qu'on veut bien leur montrer, agrémenté de ces suggestions quant à l'interprétation "politiquement correcte" à retenir.

L'insistance émise sur le caractère "utopiste" de cette prise de conscience chez les jeunes de ces années-là laisse transparaître les accents d’une propagande.

Nous avons pu constater depuis des décennies que les soi-disant "spécialistes" qui ont réussi à se faire une place dans les médias, qu'il s'agisse des années 60/70 ou du Rock'n'Roll, du Blues, n'ont ni la culture, ni le vécu passionnel, pour parler ou présenter d’une façon vivante, ces sujets au grand public. Les vrais témoins existent, dans l’ombre. Mais avec le temps, l’ underground s’est transformé en « oversky » comme dit Dan et la nouvelle dimension désarçonne la déontologie qui s’entend à contrôler l’image.

Ce que les autorités dirigeantes semblent avoir dans le collimateur, s ‘avère être ni plus ni moins : l'imagination créatrice, toujours vivante, qui, n'hésitons pas à le dire, ne tient pas en estime les ficelles de ce système de bluff acoquiné à celui de la marchandise. Lisez "La métaphysique de l'imagination" de Cynthia Fleury, que l'on s'arrange pour ne jamais laisser trop parler dans ces pseudo-débats télévisés. Elle aurait à en apprendre à tous ces figurants intempestifs, soucieux de leur image médiatique, se gargarisant, profitant des hospices de la sidération organisée de notre époque.

Ainsi, toute la culture de notre génération (60’s/70’s) est toujours et encore largement occultée par un mandarinat qui ne trouve pas mieux à faire que de l’avilir de façon consumériste.

Nos frères et nos aînés étaient bien éloignés de ces caricatures que privilégient ces panégyriques : « gurus » de pacotille, sectes sataniques, repentis divers…

Alan Watts, Krishnamurti, Jean Carteret, Raoul Vaneigem, et tant d’autres poètes, auraient pu être présentés pour offrir un aperçu plus réaliste et plus profond de cette « révolution intérieure ». Cette « culture de masse » distillée sur nos écrans ne cesse de ressasser, d’entretenir une doctrine de préjugés. Aucun reportage intelligent n'a jamais été fait sur l’ouverture transformatrice à laquelle a donné lieu ce mouvement, et pour cause !... celle-ci rompt avec cet hypnotisme dont on ne cesse d'user pour manipuler l’opinion, ce showbiz mité, hérité de la "vieille façon de voir et d’entreprendre », aliéné par l’esprit systématique d’exploitation, se repaissant d'étiquettes, d'une morale faite de sommations dogmatiques et de sanctions, qui s'est empressé de revenir sur le devant de la scène.

Une vie poétique, en intimité avec la vie ? ! Késako ? !

Hé bien, sachez-le : une telle chose existe, en viabilité de chaque jour, hors du despotisme de l’objectivisme dans lequel on s’englue et qui donne cette impression de plus en plus manifeste de « décalage » dans le discours, dans toutes les formes de représentation, publicitaires, maladroites, compulsives, qui n’attestent que de l’ ignorance.

Tumtum.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu