Avertir le modérateur

01/06/2007

PREFACE aux BIFFETONS DU FRANTIC

Préface aux BIFFETONS DU FRANTIC par TumTum Les Billets d'Humeurs de Johnny "Frantic" Cavallo ont été édités durant plusieurs années d'affilée dans de petits fanzines quasi-confidentiels ("Rockin'Rhythm'n'Blues" et "Rock and Roll Revue") appréciés des amateurs de Swing-Jump-Blues et de Rock'n'Roll. Les pages qui vont suivre sur le blog de Tum-Tum en offrent un florilège représentaif. Rédigés la plupart du temps à grands renforts de vocables et d'expressions "vertes" appartenant au vécu et au du langage parlé ordinaire des amateurs de Rock and Roll de la première heure, ces "Biffetons du Frantic" sont révélateurs d'un enthousiasme d'adolescence qui ne s'est pas terni avec le temps. Malgré les fréquentes renâcles que l'on pourra observer, "Le Frantic" explique comment la musique qu'il n'a cessé d'aimer a été pervertie par ignorance et jugements arbitraires. Il ne mâche pas ses mots tout en réservant au lecteur qui entre dans son libre palabre quelques pointes d'humour dont il appréciera les pics. Une fracture semble bel et bien exister depuis cinquante ans entre une vision des choses "hip" ou "hep-cat" et les points-de-vues "square". Les réflexions de Cavallo puisent autant dans le phénomène Rock'n'Roll, découlant de l'Art musical Afro-Américain qui devrait être reconnu comme Oeuvre essentielle dans l'Histoire de la Musique Contemporaine, que dans son "contexte causal" qui est celui du monde industriel et institutionnel des Blancs, colonialistes, esclavagistes, faussement démocrates, et générateurs de sociétés asphyxiantes où le Blues a pu acquérir une consonance univer- sellement partagée. Gouffre qui s'est creusé depuis plusieurs générations, entre une conscience Jeune et la conservation d'anciens schémas d'entendement et d'écoute, facteurs à leur tour d'hypocrisie et d'escroqueries culturelles. Emancipation féministe, sur laquelle "Le Frantic" réfléchit, expérimente, loin de s'enfermer dans le bunker machiste de certains de ses potes, déboussolés. Cet univers-zone, "no man's land", terrain vague dans le- quel on ne peut plus avoir confiance en rien ni personne, devenu jungle de "robots agités, de hulks, de cyclopes, de freaks, de zorglubs & de clones", Johnny le voit comme une métamorphose de la planète : "Dorénavant, on est sur Mars", lui opposant les valeurs premières de la "franginerie sans chiqué des mordus du Rock'n'Roll au temps des Dauphines-Renault et des mini-jupes". Le vieux fan de Rock'n'Roll 50's, contrairement aux idées reçues n'est pas forcément un personnage primaire, rébarbatif, et suicidaire. Il peut tout en puisant dans les couleurs de sa palette "aux tons verts dominants", se montrer intègre, doté d'intelligence, de sensibilité, et d'humour au second degré et en quelque sorte se servir parfois de son "personnage" (stéréotypé) pour faire réfléchir, et mettre en évidence les véritables problèmes de communication qui se sont produits dans cette société depuis l' apparition du Rock'n'Roll, et conséquemment le potentiel de créativité considérable qui s'est perdu, depuis des décennies, suite à cette ségrégation-désinformation-manipulation de la sémantique qui le concerne, tant par ses origines Noires que par ses promesses en valeurs humaines toutes simples et bonnes. La passion du Rock'n'Roll a été saccagée, telle est bien la conviction du "Frantic", dans un monde où en fait : personne n'est à sa place et où les visions originales dotées de bons sentiments et d'hu- mour partagé subissent une détérioration par copies et vulgarisations successives. Et il rejoint par là à sa manière ce qu'aura clamé avec acharnement durant toute sa vie Johnny Otis. On a relégué la joie, les audaces, les significations profondes et ludiques du Rock'n'Roll dans un ghetto pour réintégrer les dimensions des marchands de soupe et des fabricants de variétés insignifiantes. Le Swing-Jump-Blues Noir des années 40, véritable précurseur du Rock'n'Roll a été très largement mésestimé (et pillé sans citation de sources) dans sa contribution au mouvement musical. Les états-major du Jazz, devenus comme le dénonce à cor et à cris Cavallo : "une affaire de Blancs", voyaient sans doute ce Rhythm and Blues (aussi populaire auprès des jeunes afro-américains que des "chicanos" et de teenagers blancs) comme une menace doublée d'un affront. Cet immense mouvement populaire jeune interracial, révolutionnaire en puissance, ignorant des codes moralistes, qui ramenait la cul- ture musicale nationale américaine à ces compositeurs "de couleur" dont on s'était jusqu'alors ef- forcé de minimiser l'oeuvre, apparaissait comme un véritable fléau !. En France, infiniment rares étaient les amateurs de Duke Ellington, Count Basie, Louis Armstrong (Lionel Hampton un peu moins) qui ont encouragé la vogue du Rock'n'Roll. L'entichement au Jazz se démarquait déjà sensiblement de l'éducation musicale à la Musique Classique Européenne, et la conception des amateurs de Jazz ne se prêtait que sous certaines réserves à cette "descente dans la rue". Le Rock'n'Roll franchissait allégrement leurs limitations esthétiques et se moquait ouvertement de leur snobisme tout en les souffletant pour avoir voulu conserver un ascendant sur "la musique de nègres". Un fossé sépara longtemps les "jazzeux" condescendants des roturiers & manants aux allures de "vo- yous" qui ne juraient que par le Rock and Roll. Pour ces-derniers, le "Hot Jazz" des saxophonistes honkers, les hurleurs de Blues et de Gospel, les éclats de solos des guitaristes électriques s'inscrivent dans cette musique de réveil-matin et de pied-de-nez aux manières empruntées. Laissons maintenant la place à ce personnage de Comedia dell' Arte dont les "Biffetons" tout emprunts d'éxubérance et de bagoût vous plongent sans ménagement dans le chaudron du Rock and Roll. TumTum

16:07 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu