Avertir le modérateur

06/06/2007

Une télévision-méditation est-elle possible ?

Voyez comment à la télé, le "discours officiel" n'est toujours qu'auto-justification, auto-glorification, une mauvaise plaisanterie exprimée sur le ton et dans l'attitude du sérieux. C'est un show, et ça marche !... On ne voit à la télé que le reflet de l'imbécilité, des présentateurs tout-puissants, pareils à des monarques, et des personnalités mondaines invitées, toujours les mêmes - il s'agit d'un clan - très très rarement des "esprits". Tous ceux qui sont capables d'une réflexion profonde sont censurés ou intimidés par la censure existante. Combien de fois a-t'on vu s'exprimer Jean Baudrillard qui fut pourtant l'un des observateurs les plus lucides de la "société de consommation", à la télé ?... On peut les compter sur les doigts de la main. Même récemment lorsque l'on a appris son décès, on ne s'y est pas trop attardé. Trois minutes de son discours auraient été capables de remuer, de faire se poser des questions, d'irriter les gardes-chiourmes du nivellement de la conscience. La télévision des années 50 et 60 était plus ouverte que celle d'aujourd'hui et moins grossière ; on pouvait y voir s'y profiler des specimens d'êtres humains sensibles, attentifs, créatifs, éveillant à la réflexion, à l'intelligence intuitive, tels Arnaud Desjardin, Louis-Ferdinand Céline, Krishnamurti, Antonin Artaud, Mircea Eliade, même Charles Bukowski ivre chez Pivot !... Aujourd'hui il y a un mur à l'entrée, une gestapo, des questionnaires psychologiques pour éviter tout risque de "scoop" en direct. La télé est devenue le bunker de la culture ordurière, et tout le monde le sait. Tout ce qui sort de l'ordinaire et est susceptible de faire un tantinet réfléchir est relégué en pleine nuit jusqu'aux petites heures du matin, à vos risques et périls pour être en forme le lendemain matin. Il y a une routine de l'abrutissement, de la torpeur et de la bétise, basée sur fond de prétention, de mensonge et de peur. De chaînes en chaînes, les programmes se copient les uns les autres dans une invariable platitude, c'est usé jusqu'à la corde et on ne se lasse pas d'en rajouter !... On ne s'imagine pas à quel point il serait possible de créer une télévision entièrement nouvelle, révolutionnaire avec très peu de moyens, en faisant simplement redécouvrir le rythme de la vie, en direct. Un autre regard, dépouillé de commentaires, de blablas, d'attractions à tout prix. Une télévision qui ferait partager la beauté et la dignité du moment présent, laissant filtrer l'impensé, les plages de silence, tout ce que la majorité des gens n'entend plus, ne voit plus, bousculés en permanence dans un hyper-activisme physique et mental. Il n'y aurait nul besoin d'informations internationales, ni de ces génériques tapageurs. Ce serait la vie simple qui serait diffusée, l'improvisation permanente sans besoin d'artifices ni d'exhibitionnisme de personnalités. On se passerait de tous ceux qui se prennent pour quelqu'un, qui pavanent ou se plaignent en permanence. On montrerait au contraire des gens paisibles, bienveillants, joyeux, attachés à remercier ce que la vie nous offre, et non pas ces images rigides de "sois-mêmes" que génère le monde virtuel. Il en existe !. Serait banni tout ce qui se prend pour un français, un catholique ou un musulman, ou un israélite, ou un bouddhiste, ou un homme, ou une femme, ou un homo, ou un riche, ou un pauvre, ou un président, ou un disciple ou un guru. Ce serait du direct focalisé sur la présence-conscience intégrale, sans pose inutile ni bavasserie. Les caméras pourraient être installées en différents lieux de la planète où il existe encore de beaux spectacles naturels. Mais elles pourraient aussi se promener à l'improviste, à l'aventure, dans des endroits qualifiés d'insignifiants; il y aurait sans doute des surprises. Ce serait une télévision sans esbrouffe, parfaitement innocente, qui trancherait avec le brouhaha de toutes celles qui existent actuellement. Ce serait en même temps un reflet du vivant, en dehors du fabriqué, du façonné, du prosélyte. Cela pourrait permettre à des êtres humains très éloignés les uns des autres, non seulement géographiquement, mais ethniquement, de se découvrir, de se dire bonjour. Ce serait la télévision de la rencontre vraie, dont la seule actualité serait la transformation de la conscience. On n'y retiendrait pas les téléspectateurs avec des slogans, des divertissements de bas étage, et c'est peut-être ce qui ferait la différence. Cela s'appellerait aussi la liberté d'expression, non pas ce capharnaüm démocratique où les "grandes gueules" se précipitent en compétition, en mal de revendications, qui n'aboutit jamais qu'à la confusion généralisée, mais la liberté d'un "direct" apaisé, conscient de la conscience, reflet d'une maturité. Mais un telle perspective n'entre certainement pas dans la déontologie marchande et servile établie par les autorités qui gouvernent et contrôlent l'image télévisuelle. Qu'importe !. Nous pouvons nous passer de cette télévision mauvaise-joueuse.

14:20 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (2)

02/06/2007

Le Huit de Pique - 3

Comment pouvez-vous avoir la preuve vivante d'une autre dimension? ne cessait-il d'interroger, de cette façon ignorante dont les cartes s'accommodent, projetant partout leur obnubilation d'une dépendance. - vous n'êtes qu'une collection de chromos maintenus ensemble par la mémoire ! lui répondait le gardien de la passe réveillé en pleine nuit, vous passez votre temps à produire des associations, que vous brandissez, frétillantes, comme le plus vil représentant de commerce; n'étant pas intéressé par la réalité, vous dispensez votre boniment pour attirer l'attention sur les objets du magasin : nom et formes. Du toc d'un bout à l'autre !. Comment pouvez-vous parler d'une quelconque "dimension" alors que vous êtes noyé dans les images !. Ici et maintenant, il n'y a rien à prendre, à exploiter; vous n'avez jamais à faire qu'à des apparitions. Ce que vous proposez n' est qu'un éventail de réactions, de vieux schémas, de projections idéalisées, de cataplasmes !. Rien d'intéressant. Ça ne vaut pas un clou !. - je me sens seul ! très seul ! répondit le Joker. - qui se sent seul ? - moi-même pardi ! - ce moi-même, est-il là lorsque vous n'y pensez pas ? Le Joker, carte/non-carte n'était capable de voir que des cartes dans un jeu de cartes. Sa qualité de non-carte lui aurait donné la possibilité de n'être plus rien, de le délivrer même de l'idée du rien, s'il ne s'était senti obligé de jouer son rôle de non-carte. Ainsi avoua-t'il cette nuit-là, malgré sa morgue habituelle, sa souffrance et son sentiment d'incomplétude au gardien de la passe. - informez-vous, mon vieux ! vous verrez que ce sentiment de solitude est un cadeau, une aubaine, qui vous pousse à vous informer. Le sentiment d'être irrelié vous conduit à un face à face dans lequel la carte Joker disparaît. Vous entrez alors en relation directe avec ce qui est; tout du moins : votre solitude se confie à la bonne porte. Si la carte ou la non-carte ne ressurgit pas, il y a tout à parier à ce que vous soyez entendu. Mais n'attendez rien !. Comme nous discutions ensemble à la veillée, le gardien et moi, celui-ci m'assura un jour que l'amour, la compassion et l'humour relevaient d'un domaine inanalysable qui n'apparaîtrait jamais que comme un mystère pour le cerveau avide de compréhension. Vous le saviez n'est-ce pas ?... et ceci ne peut être expliqué, même avec la meilleure volonté du monde. He bien figurez-vous qu'un jour, le Joker tenta de relever ce défi. Il prit évidemment ces mots selon son entendement et commença par m'expliquer que quand on joue un bon tour à quelqu'un, on n'en dévoile pas immédiatement les ficelles; "ça fait partie de la leçon". Qu'entendait-il par humour ?. Il voulait me dire par là : moquerie, donner des leçons, et comprenne qui pourra, ce qui est encore une façon de se moquer. Sur la compassion, il me dit que "c'était du théâtre"; il était au courant, lui, l'acteur. Il ajouta même que "cela cachait quelque chose", mais dans le cas où c'était sans mobile apparent, il demeura perplexe, se contentant de répéter : "je n'y crois pas". Enfin sur l'amour, il me débita d'invraissemblables enfantillages, enfin plutôt des ragots d'adolescents si vous voyez ce que je veux dire ; je préciserai même : des ragots de cartes à jouer !. des histoires de valets de Coeur, de rois de Trèfle, de dames de Pique... Il m'avait répondu avec son agenda ! rien que du décoratif !. Bon, passons !. Je l'invitai à me répondre en y mettant un peu plus de réflexion, et je m'aperçus qu'il avait bien du mal à s'en tirer de la même manière. La dimension de l'amour existe bel et bien avant celle de l'attirance qui pousse deux êtres à se rencontrer. Cela commence avec la présence irréfutable de l'environnement qui comprend aussi bien cet oiseau qui chante dans cet arbre, la respiration de ce corps qui marche, ces échos lointains, cet insecte qui traverse le sentier, ce nuage qui passe dans le ciel ou cette sensation dans les mollets... L'expression de votre être non-limité s'étend à l'infini; vous pouvez la voir dans les étoiles et dans les cellules microscopiques; cette profondeur n'implique nullement que vous cherchiez à "vous y situer". Cela ne vient même pas à l'esprit, sauf pour le scientifique qui se demande "mais qui voit tout cela ?" et cette question à laquelle nul ne peut répondre suffit à remettre en question toute la validité "objective" de ses observations. La sensibilité amène directement à l'amour. Approcher votre être en sa présence dispense de la nécéssité d' une quelconque compréhension. Le choix ne se pose plus. Amené bien au-delà du concept d'expérience, du besoin d'explication, de justification, s'opère en soi une dissolution créative. La réalité vraie n'est pas concevable.

17:35 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Huit de Pique - 4

La dimension de la compassion : simple présence d'être, avec ce qui est - accompagnement, aboutit aussi à cette dissolution. Si je ne me sens pas parfaitement tranquille intérieurement, l'approche est inutile et même préjudiciable. cela commence par là : voir que c'est d'abord ma propre tranquillité intérieure qui peut venir en aide. Voir l' espace dans lequel cela se manifeste. Ecouter les tensions ; cela se modifie. Il ne vous appartient pas de décider de ce qui doit être fait, ni d'alimenter la conversation. L'attitude juste est humainement indéfinissable, inconcevable. Alors plutôt que de chercher à réagir, à vouloir mettre fin dans le plus court délai aux choses pénibles ou embarassantes, commençons par vivre avec, les res-pec-ter, les accompagner, participer à leur éclosion jusqu'à ce qu'elles montent enfin à la surface et disparaissent. Oui, là on peut dire que "cela cache quelque chose", mais du tout dans le sens où le Joker l'entendait. Et c'est extrêmenent instructif. L'humour accompagne la sensibilité naturelle mais il n'est pas forcément volubile; sa présence peut se déceler d'une manière plus diffuse. Il n'est ni provoqué ni conçu ; il survient de lui-même, spontanément, comme l'inspiration, sur fond de tranquillité, sans qu'il y ait recherche. Il accompagne la vision, déjoue l'hypnose, déshabille le relatif. L'humour transcende les situations figées, positions, attitudes, nous éveillant des états-noms- formes qui sont des prisons, de même que tout qui s'impose en norme. Là encore, il échappe à la raison qui ne voudrait voir en lui qu'une prolongation des humeurs ou une disposition d'esprit. Là où l'humour du Joker est le meilleur, c'est lorsqu'il se départit de tous ses prétendus pouvoirs de non-carte et demeure inemployé. Il ne cherche plus à s'attribuer aucune fonction, et cette apparente inutilité qui le libère, cette incompréhensibilité, vue du terrain logistique du jeu de cartes, le gratifie d' un sourire. Mais il n'est plus le Joker et la farce est éventée. Et vous-même, demandai-je au gardien, quel est votre rôle dans cette histoire ? - Entretien ! ...Le répondeur est toujours branché; et vous pouvez le trouver partout dans la nature, au détour des chemins, à condition de ne pas le confondre avec le Joker qui s'y entend très bien avec ses dons de non-carte pour se faire passer pour lui. Autrefois, c'est à moi que l'on adressait son testament, au seuil du non-limité. Je tenais un peu le rôle d'un notaire, bibliothécaire. Attention : je n'acceptais pas toutes les copies !. Du reste, la plupart ne consistait qu'en conseils navrants, relatifs au jeu de cartes, épilogues pompeux de savoir-faire, recettes, lieux communs, billevesées !... Quelques-uns seulement ont relaté le fruit d'observations qui ne devaient rien aux cartes. Observations intemporelles, inspirées par la vacuité, qui renvoient à ce non-état premier inconnaissable, sans nom, inaltérable, qui est en nous, à la source de tous les temps. TumTum

17:35 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu